Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Fragonard-Sacrifice-of-the-Rose.jpg

 

Excellent article de Jean-Paul Brighelli sur son blog "Bonnet d'âne" à propos du nouveau "jeu" en vigueur chez les ados, y compris en CPGE littéraires  (classes préparatoires aux Grandes Ecoles) : le "binge drinking" : ingurgiter des mélanges d'alcools jusqu'à en tomber raide.


"Ainsi, l'image d'une classe bourgeoise cultivée, qui transmettrait l'amour des livres à ses enfants, est donc à oublier une bonne fois pour toutes, écrit Sean, car elle ne renvoie pour ainsi dire plus à aucune situation réelle. Il aura fallu 30 ou 40 années de collège unique et de culture de masse pour accomplir ce double exploit : ne rien apprendre aux pauvres, d'une part ; et rendre impossible, d'autre part, la transmission de l'héritage culturel et civilisationnel chez les riches. Le bourgeois n'ont plus que leur fric à transmettre. Et leurs enfants semblent bien être les premiers en binge-drinking."


Je ne sais pas si le collège unique est entièrement  responsable des beuveries et de l'inculture, mais je suis d'accord avec l'idée que tout s'apprend et il m'est agréable de constater que Jean-Paul Brighelli étend la vraie culture au bien boire, au bien manger chers à François Rabelais et à l'art d'aimer que prônait Ovide.

Il faudrait donner des cours d'art de vivre, où l'on honorerait le plaisir au lieu de prôner l'oubli,  où l'on apprendrait à faire la différence entre un Château-Landon et un château-la-cuite, une omelette aux cèpes et un "Big Mac",  et à retarder ce moment délicieux qui sépare le désir de la satisfaction :

 

"Si de tes lèvres avancées,

 Tu prépares pour l'apaiser

 A l'habitant de mes pensées,

 La nourriture d'un baiser,

 Ne hâte pas cet acte tendre..."

 

(Paul Valéry)

 

Au programme : une page du Banquet, une bouteille  de rosé de Touraine (AOC), un sonnet de Ronsard, une exercice d'application (noté ?) avec le (la) partenaire de son choix, couronné(e) des roses de la vie.

Mais notre époque pudibonde et pornographe, toutes classes sociales confondues,  encourage les beuveries et ignore que le raffinement augmente le plaisir.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :