Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

le-zen-et-la-bible.jpg

 

J.K. Kadowaki, s.j., Le Zen et la Bible, chez Albin Michel, coll. l'espace libre et chez épi éditeurs, 1983, traduit de l'anglais par Maurice Maupilier. L'édition originale de cet ouvrage est parue, en 1977, chez Shunjusha, Tokyo, sous le titre : Koan to Seisho no Shindoku (The School Corporation "Gakko Hojin Jochi Gakuin", Sophia University)

 

Kakichi Kadowaki a connu tardivement le christianisme. En méditant les Exercices de Loyola, il découvre une réelle parenté entre la vie religieuse chrétienne et la vie monastique Zen. C'est à cette lumière qu'une nouvelle lecture de la Bible s'ouvre à lui, corporelle, émotionnelle, viscérale. Finalement, c'est sa propre expérience qu'il relate au confluent de la pratique de la sesshin zen et de la retraite ignatienne.

 

Jésuite et professeur de philosophie à l'Université Sophia de Tokyo, Kakichi Kadowaki tente de dépasser les apparentes divergences entre deux grandes spiritualités pour nous rendre plus proche l'aventure spirituelle.

 

zen

 

"J'étais en Allemagne, il y a quelques années pour y poursuivre des recherches sur un mystique allemand du Moyen Âge, Maître Eckhart. Une fois là-bas, je fus invité par un théologien, le professeur J. Ratzinger, (devenu depuis cardinal, puis pape), à faire une conférence sur "le Zen et le Christianisme" devant un groupe de ses étudiants en doctorat. Dans mon exposé, je présentai le Zen en contraste avec la pensée de Thomas d'Aquin et, malgré mon mauvais allemand, étudiants et professeur écoutèrent avec grand intérêt. La session d'études à laquelle je participais se tenait chaque année à la fin des cours. Pour la nuit, nous logions tous à l'hôtel et nous y passâmes de longues heures en discussion. vers la fin de la session, le professeur Ratzinger me dit : "Comme ce serait intéressant si vous compariez les vues du Zen avec celles de la Bible. Si vous pouviez le faire, ce serait un événement, non seulement pour le dialogue entre Zen et christianisme, mais par rapport à l'échange idéologique entre l'Est et l'Ouest." Cette remarque me frappa profondément bien qu'alors je n'eusse pas la plus petite idée des ressemblances qui pourraient exister entre l'Ecriture chrétienne et la pensée du Zen. Plus tard, cela me sortit complètement de l'esprit et je fus un long temps sans y penser.

 

Les Koans du Zen sont mondô (littéralement "questions et réponses"), forme spéciale de dialogue qu'on trouve dans le Zen Rinzai. Ils prennent place dans la tradition bouddhiste du Mahayana et on peut les considérer comme d'ingénieux procédés du Zen dus à cette sagesse pratique particulière aux Chinois. Les Ecritures sacrées du Christianisme, c'est le Nouveau Testament. Ecrit il y a à peu près 2000 ans, il est le message de salut que Jésus-Christ a apporté au peuple juif.

 

Les méthodes de formation, l'arrière-plan idéologique du bouddhisme et du christianisme sont différents. Le premier soutient que toute la création est douée de la nature de Bouddha. Le second affirme comme une foi révélée par le Christ, l'existence des Trois Personnes en un seul Dieu, et enseigne que tout au ciel et sur la terre a été crée par ce Dieu. L'un voit l'Histoire comme cyclique, l'autre a une vue linéaire (et eschatologique) de l'Histoire du salut. Ils diffèrent tout autant sur beaucoup d'autres points. En fait, les Koans du Zen et l'Ecriture chrétienne sont si complètement différents qu'il ne semble pas qu'il puisse exister la moindre possibilité de trouver en eux de ressemblances fondamentales. Telle était ma pensée et mes idées n'avaient pas changé, même après plusieurs années de pratique du Zen.

 

A mon retour d'Allemagne, toutefois, je commençais à me consacrer franchement à la pratique du Zen que je n'avais fait qu'aborder auparavant. Lorsque ma somme d'expérience du Zen eut grandi, je devins conscient d'un fait étrange : je découvrais que, tout en présentant de grandes différences pour l'extérieur, Koan et Ecriture offraient pour l'essentiel une surprenante ressemblance.

 

Cette expérience suivit d'abord une voie si discrète que je ne la réalisais même pas clairement moi-même. Quand je me mettais à faire zazen (à méditer en posture assise) je constatais, dès le début, que je pouvais lire l'Ecriture plus tranquillement et apprécier son sens profond avec plus de facilité. Au départ, je ne compris pas comment faire zazen m'aidait à comprendre le sens de la Bible. Cependant comme l'expérience se répétait, je me mis à y réfléchir et j'y trouvai finalement une explication psychologique : quand, en faisant zazen, l'esprit devenait tranquille, le sens spirituel de l'Ecriture avait la possibilité de pénétrer aux profondeurs du coeur. Sans aucun doute le zazen exerçait cette sorte d'effet sur la lecture de l'Ecriture, mais la raison véritable m'en demeurait cachée. A ce moment, je n'imaginais pas encore qu'il existât une ressemblance interne entre les Koans et la Bible. Plus tard, lorsque j'eus participé pendant un certain temps aux retraites zen (sesshin), je découvris avec surprise qu'à mon retour, j'appréciais mieux l'Ecriture et réalisais le sens de passages qui m'avaient été jusqu'alors parfaitement incompréhensibles ; comme si des écailles étaient tombées de mes yeux. L'expérience s'étant répétée à plusieurs reprises, je commençai à voir que les Koans et la Bible avaient quelque chose en commun.

 

Dans ce volume, je décrirai d'abord comment j'ai rencontré le Zen. depuis que j'ai commencé à le pratiquer, j'ai réellement appris de lui : la purification complète du corps et de l'âme, une voie de contemplation profonde, la fusion de la prière et de la vie quotidienne, et bien d'autres choses encore. Dans le nombre, j'en ai choisi quatre qui permettent de bien saisir les ressemblances entre les Koans et la Bible, les caractéristiques que le Zen et la pratique religieuse chrétienne ont en commun. Cela fait l'objet de la première partie : ce que le Zen nous apprend. J'ai ajouté plusieurs Koans et passages bibliques, et traité de leurs caractéristiques communes.

 

C'est "le corps comme lecteur des Koans du Zen et de la Bible" qui est le thème central de cet ouvrage (thème qui, à la vérité est déjà proposé dans le sous-titre). Aussi la seconde partie : "Les Koans et la Bible" est-elle le centre même du livre. Toutefois, les Koans et l'Ecriture ne sont pas étudiés seulement dans cette section ; si bien que le sujet ou le point de vue puissent varier, ils sont la note dominante qui court à travers tout le livre. De plus, comme je l'expose en détail dans la seconde partie, le fait de lire les Koans et l'Ecriture avec le corps entier, et non seulement avec la tête, est le point important que traite ce volume. Pour cette raison, j'ai adapté un terme dont use le saint bouddhiste Nichiren : "le corps comme lecteur (shikidoku) en japonais moderne : shindoku.

 

J'ai reçu l'enseignement du christianisme en étudiant le catéchisme. Mais le catéchisme, à lui seul, même s'il est une introduction nécessaire à la foi, était incapable de m'en donner la compréhension profonde. C'est à travers les Exercices spirituels de saint Ignace que j'ai obtenu la plus profonde connaissance du christianisme en son essence et que j'ai appris comment le pratiquer avec mon corps. Plus tard, quand je me suis lancé dans la pratique du Zen, j'ai découvert que les Exercices et le sesshin du Zen se ressemblaient beaucoup. Et je pense même que beaucoup des enseignements reçus du Zen m'ont permis de renouveler ma pratique vivante des Exercices. La troisième partie du livre, "Les Exercices spirituels et un sesshin Zen" est issue de cette expérience personnelle..." (Kakichi Kadowaki)

 

 


 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :