Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

disque1

 

 

Le disque (El disco), p. 255-264 in Le Livre de sable (El libro de arena), Folio/Gallimard, 1990, traduit de l'espagnol par Françoise Rosset, préface et notes de Jean-Pierre Bernès.

 

Deux objets différents et inconcevables forment la matière des derniers contes. Le disque, c'est le cercle euclidien, qui ne comporte qu'une seule face ; Le Livre de sable, un volume au nombre incalculable de pages. (J.L. Borges)

 

Le disque est construit sur le même schéma que Le Livre de sable : Odin sous les traits d'un vieillard vagabond montre au narrateur (un bûcheron) un "objet impossible : "C'est le disque d'Odin. Il n'a qu'une seule face. Sur terre, il n'existe rien d'autre qui n'ait qu'une face. Tant qu'il sera dans ma main, je serai roi." (p. 261)

 

L'objet est donc le seul et unique objet géométrique euclidien "contenu" dans l'espace réel.

 

La conclusion de cette nouvelle est beaucoup plus dramatique que celle du Livre de sable, puisque le bûcheron tue le vieillard, jette son corps à la rivière et ne parvient plus, de retour dans sa cabane, à retrouver le disque d'Odin.

 

Elle contient une leçon très simple, mais qu'il faut une vie entière pour comprendre vraiment.

 

Le disque à une face n'est pas un objet du monde, mais une réalité purement spirituelle. Il symbolise ce que le vieillard (Odin) a "acquis" : l'éveil, l'unité, l'indépendance vis-à-vis des choses et des êtres des "neuf mondes" (il est "roi") ; le bûcheron est un homme avare, violent et superficiel qui a passé sa vie, comme nous le faisons plus ou moins tous, à défricher le monde sans chercher à se déchiffrer lui-même.

 

Il avait un frère qui est mort et qui représente Abel, le frère de Caïn. Il va recommencer avec le vieillard (qui est une figure de l'accomplissement, mais aussi de la tentation) ce qu'il a (peut-être) fait avec son frère : au lieu de checher à acquérir ce que représente le disque d'Odin (la sagesse, l'amour, la vérité...), il va tuer celui qui le possède.

 

Il croit que ce disque est un objet, comme les autres et qu'il confère le pouvoir (il prend le mot "roi" dans un sens purement politique et matériel). Il commet donc une faute, mais aussi une erreur spirituelle, en tuant le vieillard ; ce meurtre ne lui sert à rien et il ne retrouve évidemment pas le disque d'Odin... On peut même dire qu'il s'en est encore plus éloigné.

 

Par ailleurs, le dieu Odin est celui qui a donné les runes (le langage) aux hommes, et Borges précise qu'il l'a fait après s'être sacrifié ("Odin sacrifié par Odin") en restant pendu (pendant neuf jours) à l'arbre Yggdrasil (Odin est représenté dans le jeu de Tarot, la tête en bas, pendu par un pied à la branche d'un arbre).

 

Le disque d'Odin est la Parole qui n'est pas un objet du monde et qui n'a qu'une face (le signifiant "coïncide" avec le signifié) : "je dis une fleur et, hors de l'oubli où ma voix relègue aucun contour en tant que quelque chose d'autre que les calices sus, musicalement se lève, idée même et suave, l'absence de tout bouquet." (Stéphane Mallarmé).


Ferdinand de Saussure compare le signe linguistique à un disque, à une pièce de monnaie dont le côté face est le signifiant (la dimension "matérielle" du mot, le son et les lettres qui le composent) et le côté pile le signifié (l'idée que le mot évoque). Cette métaphore est éclairante, mais trompeuse car en réalité le mot n'a pas "d'envers", le signifiant et le signifié sont indissociables l'un de l'autre, tout comme le disque d'Odin.

 

La Parole n'est pas une simple représentation des choses, un "instrument de communication", mais un "germe" que nous avons pour tâche de faire grandir en nous, en supportant, comme Odin, pour un temps donné, l'épreuve du "non agir".

 

150px-Jean_Dodal_Tarot_trump_12.jpg

 

Note : dans le jeu de tarot, le Pendu est le symbole d'une initiation passive, mystique. Le corps est inactif, impuissant, car l'âme libérée fuit dès lors la réalité de la matière. Sa tunique, où le rouge et le blanc alternent avec le rouge et le jaune, rappellent l'innocence et la pureté mais aussi la résistance face aux influences néfastes. Très grande est sa force, non plus exercée par les muscles mais par le pouvoir occulte de son âme qui a dépassé la phase initiatique.


Le pendu symbolise l'abnégation, le désintérêt pour les choses de ce monde, l'altruisme, le sacrifice, le renversement de la situation actuelle grâce à une décision personnelle, des idéaux atteints, la libération par le sacrifice.


Il peut aussi évoquer le mythe d'Odin, dieu initié par excellence dans la mythologie nordique, le flanc transpercé par sa lance, il obtient le pouvoir de la connaissance en restant suspendu par un pied, neuf jours à l'arbre Yggdrasill et en acceptant de sacrifier un œil pour acquérir la science. Alchimiquement , triangle vers le bas et croix supérieure , le Pendu représente Le Grand Oeuvre (Source : l'Alchimiste , O.Stéphane.)

 

220px-Georg von Rosen - Oden som vandringsman, 1886 (Odin,

Odin, le Vagabond par Georg von Rosen

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :