Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les adieux d'Andromaque et d'Hector par Joseph Marie Vien, 1786, Musée du Louvre, Paris

 

 

L'action d'Andromaque se situe après la légendaire guerre de Trois remportée par les Grecs. Le fils d'Achille, le Grec Pyrrhus, est tombé amoureux de sa captive Andromaque, la veuve du Troyen Hector. Il est lui-même l'objet de la passion d'Hermione que, de son côté, Oreste aime d'un amour fou. Andromaque est partagée entre sa fidèlité au souvenir de son époux et son désir de sauver son fils, également prisonnier. Soumise aux pressions de Pyrrhus, elle finit par accepter de l'épouser. Hermione demande alors à Oreste de lui prouver son amour en assassinant Pyrrhus. Peu après avoir accompli le meurtre, il apprend le suicide d'Hermione désespérée et devient fou.

 


Jean Racine : Phèdre, la scène de l'aveu (acte I, scènes 2 et 3 ...

 

 

 

ANDROMAQUE

CHRONIQUE DES TEMPS DE GUERRE

 

JEAN RACINE / FRÉDÉRIC CONSTANT

THÉÂTRE

DURÉE 3:00 AVEC ENTRACTE

janvier

LU 13

MA 14

ME 15

JE 16

VE 17

 

20:00

20:00

20:00

20:00

20:00

Auditorium
plein tarif 22€
tarif réduit 12€
carte MCB 16€ / 9€

Billetterie en ligne

 

 

L'avis d'un élève de seconde du Lycée Alain-Fournier, Bourges :

 

Reprenant fidèlement l'intrigue et les mots de Racine, le metteur en scène a ajouté un prologue et scindé la pièce en deux parties, l'entrecoupant d'un entracte.

 

A travers les décors, la sonorisation, les costumes, il a transposé la pièce de Racine dans la France de l'entre-deux guerres (les années 30). Il en a fait une sorte de trêve entre deux catastrophes, en allusion à l'Histoire contemporaine et aux années de paix relative entre la première de la deuxième Guerre mondiale.

 

La mise en scène entend créer un anachronisme volontaire entre les décors, les bruitages, les éclairages, les costumes et les répliques en alexandrins des personnages. 

 

Le Prologue, ajouté par le metteur en scène, est sans doute censé permettre aux spectateurs peu familiarisés avec la mythologie grecque, de mieux comprendre l'intrigue. Il évoque les adieux d'Andromaque et d'Hector, ainsi que la prise et la chute de Troie.

 

Un machiniste vient poser une table devant le rideau de scène. Deux personnages : Pyrrhus et Hector, s'y assoient et parlent à tour de rôle. Le Grec Pyrrhus accuse le camp du Troyen Hector d'avoir tué un enfant. Une vive tension règne entre les deux personnages. Il s'agit de symboliser la guerre, ses causes, ses effets, l'avidité, la cruauté, le désir et la vengeance.

 

Oreste veut tuer Astyanax (qu'on ne voit jamais sur scène), le fils d'Andromaque (dont les apparitions sont rares) parce qu'il redoute qu'il ne venge la mort de son père.

 

Ce que redoutait Oreste va se produire. Andromaque (son nom signifie le combat des hommes ou celle qui combat les hommes) et son fils resteront maîtres de la situation.

 

J'ai bien aimé la mise en scène de cette pièce, les décors qui font penser aux pavillons de Baltard qui abritaient au XIXème siècle les Halles de Paris, le fragment de film tourné dans le décor comme dévasté comme par un bombardement de l'ancienne Maison de la Culture de Bourges et la première apparition d'Hermione que l'on voit assise, en robe de soirée, un verre de whisky à la main, écoutant un disque d'Edith Piaf sur un phonographe, tandis que des lumières éclairant les fenêtres par intermittence et des bruits étouffés de moteur donnent l'illusion d'un "monde extérieur" à la scène.

 


 


 


 


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :