Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Vérité sortant du puits

Nec mergitur ou la Vérité sortant du puits, Edouard Debat-Ponsan, Hôtel de ville d'Amboise

 

 

 

LogoUPR

 

  link

 

 

 
- La création de l'Union europénne a été favorisée par les Etats-Unis d'Amérique. 

 

- Robert Schumann, le "père fondateur de l'Europe" était un ancien collaborateur, membre du gouvernement du maréchal Pétain. Robert Schumann, partisan de la "realpolitik" et du droit du plus fort,  a d'abord été partisan de l'annexion de la France au IIIème Reich, jusqu'au tournant de la guerre en 1942 (Stalingrad), puis de l'inféodation de la France au Etats-Unis et de son absorption  dans un Empire supra-national sous domination germano-américaine quand il a senti le vent tourner et sans prendre le moindre risque, quand d'autres ont donné leur vie pour la liberté et l'indépendance de la France.

 

- Robert Schumann et Jean Monnet ont été formés aux Etats-Unis et financés par la CIA.


- L'entrée de la Turquie dans le marché commun correspond à une volonté des Etats-Unis d'Amérique de créer un glacis géostratégique, d'abord contre l'URSS, au moment de la Guerre froide, puis aujourd'hui  contre la Russie, malgré la fin de la Guerre froide.


- La logique de la construction européenne est la disparition des Etats-nations et leur absorption dans un Empire supra-national dominé par l'Allemagne et les Etats-Unis d'Amérique.

 

- L'idée de faire entrer dans le "lit de Procuste" d'une entité supra nationale 28 pays n'ayant ni la même Histoire, ni la même économie, ni le même niveau de vie (salaires) ni le même niveau de protection sociale est une utopie. 

 

- C'est le Gouvernement Jospin qui a fait entrer la Grèce dans l'Union européenne. Le Gouvernement (socialiste) grec a trafiqué le bilan de la Grèce, avec l'aide des conseillers financiers de la banque d'affaires américaine Goldman-Sachs,  afin qu'il correspondît aux "critières de convergence" définis par la commission de Bruxelles. 

 

Une petite partie seulement des fonds structurels ont servi au développement des infrastructures. La plus grosse partie a abouti dans les poches des commerçants, des entrepreneurs et des  "initiés". La commission de Bruxelles était parfaitement au courant et a fermé les yeux. Aucun contrôle sérieux de l'emploi des fonds structurels n'a été fait.

 

C'est le petit peuple grec qui paye actuellement les frais de la faillite de la Grèce. L'Union européenne a donc favorisé une situation de détresse inouïe de la population grecque et l'entrée au Parlement grec de députés d'extrême-droite néo-fascistes, nostalgiques de la dictature des colonels.

 

- En participant à l'Union européenne, la "France des Droits de l'Homme" lie son destin à des pays dont les Parlements comportent des membres de Partis néo-fascistes (notamment en Grèce et en Hongrie).

 

- La France n'est plus gouvernée à Paris, mais à Bruxelles. Il est donc vain de s'en prendre à M. Hollande (ou à M. Sarkozy) qui ne font qu'appliquer les directives de Bruxelles, notamment en matière de rigueur.


- Le Gouvernement français n'a pas les moyens juridiques d'empêcher les délocalisations car les Traités européens s'y opposent.


- La création de l'écotaxe découle d'une injonction de l'Union européenne.


- Entre ce que donne la France et ce qu'elle reçoit, la France donne 7 milliards d'euros à l'Union européenne.

 

- Une partie de cette somme, destinée à l'amélioration de la condition des Roms en Roumanie est détournée.

 

- Une partie des "fonds structurels" (sommes redistribuées aux Etats de l'Union européenne) est détournée. La France n'a aucun contrôle sur ces sommes.

 

- Le taux de change de l'euro profite essentiellement aux exportations allemandes.

 

- M. José-Manuel Manuel Barroso, ancien  maoïste, fut recruté par l'ambassadeur des Etats-Unis au Portugal et formé aux Etats-Unis.

 

De nombreux membres de la commission européenne ont été formés aux Etats-Unis, servent les intérêts américains et sont d'ardents partisans de l'ultra-libéralisme.

 

- La logique européenne de libre-concurrence entre les services est incompatible avec le maintien des services publics.

 

- Un pays qui n'a plus le contrôle de ses frontières et de sa monnaie n'est plus un pays.

 

- La politique agricole commune (PAC) ruine les petits et moyens exploitants agricoles.

 

- Le "grand marché transatlantique"  permettra aux Etats-Unis de déverser ses excédents et de prendre définitivement le contrôle économique de l'Europe en ruinant ce qu'il reste de l'agriculture et de l'industrie française.

 

- Les "chances" pour créer une "autre Europe" (par exemple une "Europe sociale") sont statistiquement nulles.

 

- L'Union europénne ne nous protège pas de la guerre.

 

- L'Union europénne ne profite qu'à une poignée d'initiés (banquiers, spéculateurs, parlementaires européens...) qui ne se soucient que de leurs propres intérêts.

 

- Rejeté par une majorité de français en 2004, le projet de constitution européenne a néanmoins été adopté.

 

- L'Union européenne est gouvernée par des oligarques non élus. La plupart des Francais et des Européens ne les connaissent pas.

 

- L'appartenance de la France à l'Union européenne ne réduit pas, mais aggrave les effets de la crise économique. Les effets de cette crise ne sont pas "derrière nous".

 

- Rappelons enfin que la dette publique exponentielle de l'Etat français date de Georges Pompidou qui a supprimé le privilège de la Banque de France de prêter à l'Etat sans intérêt et l'a obligé à se financer auprès des banques privées.

 

 Nous ne payons que les intérêts de la dette et nos descendants (enfants, petits-enfants, arrière petits enfants...) sont condamnés à rembourser la dette (ou plutôt les intérêts de la dette) in secula seculorum.

 

M. Georges Pompidou s'est inspiré de l'Allemagne et l'Union Européenne a fait de ce mode de financement une obligation.

 

 

 

 

 


 


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :