Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

le-tarot-des-imagiers-du.jpg

 

 

g 10410 prd

 

Oswald Wirth, Le Tarot d'Oswald Wirth, aux éditions de l'Aigle, Le Tarot des imagiers du Moyen-Âge, éditions SAND, 1984, préface de Roger Caillois (contient les vingt-deux arcanes majeurs conçus par Oswald Wirth)

 

"Une importance capitale s'attache en occultisme aux vingt-deux Arcanes ou Clefs du Tarot, qui constituent dans leur ensemble un traité de haute philosophie en images.

 

De semblables livres, où le texte se réduit tout au plus à la désignation des chapitres, restent muets pour qui n'a pas acquis la faculté de les faire parler. Ils parlent au contraire - et avec une merveilleuse éloquence - à ceux qui savent les interroger. Nous avons malheureusement perdu l'habitude de nous absorber en des réflexions fécondes, suggérées par le seul aspect des choses. Le livre de la nature reste scellé pour nous de sept sceaux ; ses images nous déconcertent, car nous n'entendons plus que les mots, dont la sonorité nous étourdit, hélàs, lamentablement.

 

Il n'en a pas toujours été ainsi. Le langage humain n'est philosophique et précis que de très fraîche date. Primitivement, il ne se prêtaiit à l'expression d'aucune idée abstraite. Les premiers penseurs furent donc condamnés au silence ; faute de mots, ils tracèrent des figures afin d'y rattacher leurs rêves. Puis, pour se communiquer leurs conceptions, ils se firent un langage incompris du vulgaire, non en inventant de nouveaux termes, mais en détournant le vocabulaire courant de sa signification grossière, pour lui prêter un sens mystérieux intelligible aux sages. Ainsi naquit l'allégorisme dont usèrent tous les révélateurs.

 

Mais ce langage évolua, se précisant peu à peu, pour mieux répondre aux besoins de la dialectique. Des peuples bavards prirent goût au sport de la parole et nous valurent l'empire des mots, qui atteignit son apogée aux âges de la scolastique.

 

L'excès de verbalisme stérilement discuteur devait provoquer alors, par réaction, un retour à la méditation silencieuse, fondée non plus sur les mots et les phrases, sur les définitions et les arguments, mais sur l'unique magie évocatoire des symboles. Las des vaines querelles, des penseurs imaginatifs se retirèrent à l'écart pour s'abandonner aux rêves, dont l'influence suggestive devait susciter des poètes comme les trouvères et des artistes comme les constructeurs de cathédrales, sans oublier les modestes imagiers, à qui d'énigmatiques compositions semblent avoir été mystérieusement inspirées.

 

Oswald_Wirth_Tarot.jpg

 

Parmi celles-ci, un chef-d'oeuvre a survécu : c'est le Tarot, dont la figuration d'apparence naïve procède d'une sagesse secrète, comme si les raffinements de l'Hermétisme, de la Kabbale et d'autres traditions diffuses avaient pris corps dans la série des vingt-deux arcanes.

 

Pour apprécier cet étrange monument, il convient de l'étudier d'une manière approfondie. Le présent ouvrage facilitera la tâche de l'investigateur qui ne reculera pas devant l'effort indispensable d'un travail strictement personnel. Quand elles s'appliquent à des symboles, qui sont des fenêtres ouvertes sur l'infini, les interprétations ne peuvent avoir qu'une valeur indicative : elles n'épuisent jamais le sujet. Or, les indications s'adressent à qui sait en tirer parti. Les répéter ne sert de rien, s'il n'en résulte aucune application. faire parler le Tarot, tel est l'objectif ; mais les Arcanes ne parlent qu'à ceux qui ont appris à les comprendre. Développons donc notre compréhension, si nous voulons interroger avec fruit un androïde, qui, loin d'être une machine à raisonner comme celui d'Albert-le-Grand, nous enseigne à imaginer juste, à l'aide d'un véritable alphabet de l'imagination.

 

Le lecteur ambitionne-t-il de discipliner ses facultés imaginatives en vue d'acquérir ainsi un art jadis en honneur mais frappé de déconsidération depuis que le raisonnement prétend seul guider l'humanité dans les voies de la sagesse ? A celui que le mystère obsède, à l'âme inquiète de sonder les profondeurs de la nuit qui nous enveloppe, s'offre-t-il un meilleur guide que les symboles du Tarot ?

 

Combinés de manière à livrer aux esprits perpicaces le secret de leur interprétation, ils conduisent à découvrir les mystères d'un monde étranger aux étroites constatations objectives. Mais il faut déchiffrer. Comment ? Par quelle méthode ?

 

Soucieux de répondre à ces questions, l'auteur a consacré la première partie de ce livre à un exposé méthodique, dont l'aridité risque de rebuter les impatients qui seront tentés de ne pas trop s'y arrêter, afin de bénéficier plus vite des résultats de la méthode - résultats condensés dans l'interprétation de chacun des vingt-deux Arcanes. Puis, instruits sommairement du sens des symboles, ils auront hâte de tirer du Tarot des oracles divinatoires.

 

Quelle pauvre divination pratiqueront, hélàs, ceux qui se seront pressés ? On ne s'improvise pas devin, fût-on doué de facultés divinatoires spontanées, car elles ne rendent de réels services qu'après avoir été cultivées. La divination est un art qui a ses règles comme tous les arts, et si le Tarot doit être l'instrument idéal de cet art, il est indispensable que cet instrument délicat soit manié en artiste.

 

Or les pages qui vont suivre s'efforcent d'enseigner le maniement judicieux du Tarot. Puissent-elles guider les curieux dignes de s'initier par eux-mêmes aux mystères de la pensée humaine. En faisant connaître sous son véritable jour cette oeuvre si caractéristique du Moyen-Âge, puissent-elles aussi rendre hommage au génie méconnu d'une époque prétendue ténébreuse, qui fit briller dans la nuit de notre Occident les étoiles sublimes de l'idéalité." (Oswald Wirth)

 

Table des matières :

 

Préface de Roger Caillois


A la mémoire de Stanislas de Guaita


Avant-propos

 

Première partie :

 

Le tarot envisagé dans son ensemble, puis en ses divisions logiques :

 

I/ Les origines du Tarot


II/ Les indices révélateurs des secrets du Tarot


III/ Le Tarot kabbalistique


IV/ Le Tarot astronomique


V/ Notions de symbolisme


VI/ Le Tarot et l'alphabet hébraïque

 

Deuxième partie :

 

Le symbolisme des vingt-deux clefs de la sapience secrète du Moyen-Âge :

 

Le langage des symboles

 

Le Bateleur, la Papesse, l'Impératrice, L'Empereur, Le Pape, L'Amoureux, Le Chariot, La Justice, L'Ermite, La Roue de Fortune, La Force, Le Pendu, La Mort, La Tempérance, Le Diable, La Maison-Dieu, Les Etoiles, La Lune, le Soleil, Le Jugement, Le Monde, Le Fou.

 

Synthèse récapitulative

 

Troisième partie :

 

Le Tarot appliqué à la divination

 

Appendice :

 

Indications sur le symbolisme des pentacles qui accompagnent le texte de l'ouvrage

 

 


oswald_wirth.jpg

 

Joseph Paul Oswald Wirth est né le 5 août 1860, vers 9 heures du matin, à Brienz, petite bourgade Suisse de 2500 habitants bordant le lac du même nom. De trois frères, deux moururent en bas âge, et Edward, officier de zouaves, périt au champ d'honneur en 1894. Une soeur, Elise, née en 1875, fut la compagne d'Oswald de sa jeunesse jusqu'à sa mort.


Il disait humblement tout devoir à Stanislas de Guaita, rencontré pour la première fois au printemps 1887, et qui le fit son secrétaire et ami.

(...) l'entrée en relation avec Stanislas de Guaita devint pour moi un événement capital. Il fit de moi son ami, son secrétaire, et son collaborateur. Sa bibliothèque fut à ma disposition, et, bénéficiant de sa conversation, j'eus en lui un professeur de Qabbale, de haute métaphysique, autant que de langue française. Guaita prit la peine de me former le style, de me dégrossir littérairement (...) je lui dois d'écrire lisiblement. (Dédicace au Tarot des imagiers du moyen âge).

Même si l'on peut aisément convenir que Guaita ait pu lui enseigner l'art de tourner heureusement ses phrases, dans une langue que les étrangers considèrent comme si difficile – Oswald Wirth était originaire de Suisse allémanique –, il est indéniable que le disciple a par la suite égalé, sinon dépassé le maître, au moins dans le domaine du symbolisme; on lui doit en effet un certain nombre d'ouvrages qui sont devenus des classiques : Le symbolisme hermétique dans ses rapports avec l'alchimie et la Franc-Maçonnerie, Le symbolisme astrologique, et surtout Le Tarot des imagiers du moyen-âge dans lequel il reprend l'étude symbolique des lames majeures qu'il avait dessinées pour Guaita.


D'une manière générale, et contrairement à celui qu'il considérait comme son maître, il s'est davantage intéressé à la Franc-Maçonnerie qu'à la Rose-Croix. Les mystères de l'art royal, et La Franc-Maçonnerie rendue intelligible à ses adeptes en rendent compte brillament.


Oswald Wirth mourut le 9 mars 1943 à 11 heures. Il est enterré au cimetière de Monterre-sur-Blourde, au sud de Poitiers (86).     Source : La Rose-bleue

 

 


 


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :