Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

desente-aux-enfers.jpg

 

 

"Ce qui fait la fécondité de ce livre, c'est qu'il n'enferme pas dans un passé mort ces deux psychologues de génie qui furent surtout des "pneumatologues", mais qu'il ne cesse de projeter, de prolonger leur témoignage dans notre présent et notre avenir.

 

Paul Evdokimov a ainsi des pages de grand théologien sur le mal, l'art, le fantastique, la spiritualité de demain. Il rappelle que nulle "harmonie" ne peut se fonder sur la souffrance des innocents, et que "l'Agneau est immolé dès le commencement du monde".

 

Il reprend les paroles du starets Zossima, où s'exprime la "consubstantialité" de tous les hommes : "Tous sont responsables pour tous" ; "Aime les hommes jusque dans leur péché". Le destin de l'enfer dépend de la charité des saints. au coeur d'une civilisation éprise d'efficacité et close, jusqu'à l'angoisse, sur son immanence, Evdokimov répète doucement : "Un saint est un "inutile" absolu, comme est inutile l'icône, comme est inutile Dieu... Et cependant Dieu sauve, un saint éclaire..."

 

Ce livre est une magistral étude du nihilisme et de son dépassement possible. Il ouvre les voies d'un "christianisme aéré, immense, débordant d'espoir et de grâce, entièrement ouvert aux souffles de l'Esprit". Car si l'homme abandonne Dieu, jamais le Christ n'abandonnera l'homme, encore, plus encore sera possible le cri du larron, "l'acte de foi, l'acte de folie, insatiable et toujours affamé..." (Olivier Clément)

 

"Gogol décrit la platitude de l'ennui du quotidien quand nulle lumière, venue d'ailleurs, ne l'éclaire. Il accule le désespoir pour lui faire avouer le dernier piège de l'existence : le fantastique gogolien suggère les jeux sinistres d'un "démon mesquin". Dostoïevski affronte de face l'adversaire. Il perce le secret. "Dostoïevski a su tout ce Nietzsche a su, et quelque chose en plus", disait Berdiaev..."

 

"Ces guides redoutables explorent, pour nous tous, les profondeurs de Satan. Ils ne le font pas en "touristes" comme le disait Péguy au sujet de Dante. Il se pourrait que la parole la plus juste, pour saisir leur signification, ait été prononcée par un staretz tout récent, Sylvain de l'Athos, qui a entendu le Christ lui disant : "Garde ton esprit en enfer, mais ne désespère pas..."

 

C'est à cette lumière que nos guides déchiffrent notre temps, et, face au prince de ce monde, nous montrent le Royaume de la Charité ouvert sur le monde et sur l'être le plus éloigné de Dieu. Ils nous apportent les paroles essentielles comme une sorte de sacrement de la communion humaine, et ils nous offrent le pain et le vin de leur propre vie. Nous pouvons deviner les dernières pages de leurs oeuvres, qu'ils ont emportées avec eux, et y lire une certaine réponse de Dieu aux questions que les hommes posent aujourd'hui, qu'ils poseront demain." (Paul Evdokimov)

 

Paul Evdokimov, Gogol et Dostoïevski, La descente aux enfers, Théophanie, Desclée de Brouwer. La collection Théophanie se veut le lieu de rencontre et de quête d'unité avec l'orient chétien et l'orthodoxie.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :