Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lucien-Israel.jpg

"A tous ceux qui se mobilisent pour la défense d'une culture menacée par la décadence et la dissolution."

 

" Mais voici que, depuis peu, l'homme cherche à se connaître au moyen de la science. Fille aussi de la Grèce, cette quête systématique et obstinée de la vérité pour elle-même aborde sous nos yeux l'examen du phénomène le plus complexe dans l'univers connu : celui du fonctionnement de cet outil qui a permis de construire tant de modèles de l'infiniment petit et de l'infiniment grand et qui, maintenant, se tourne vers lui-même et entreprend de se connaître, de se comprendre : le cerveau.

 

(...) Cet ouvrage rencense les questions que se pose l'honnête homme auquel on révèle qu'il a deux cerveaux coopérant avec plus ou moins de bonheur, plutôt qu'il n'apporte de solutions nouvelles, ni même de synthèses personnelles à ce problème gigantesque. Il eût été satisfaisant, sans doute, que des professionnels de la neurologie, de la psychiatrie, de la psychologie, de l'esthétique, s'en mêlassent. Mais, curieusement, ils ne s'en mêlent pas. En outre, il eût fallu interesser des spécialistes de tant d'autres disciplines...

 

C'est pourquoi cet ouvrage se veut essentiellement une invitation à la réflexion plutôt qu'un travail de vulgarisation. Il souhaite donner au lecteur intéressé le goût d'aller plus loin. Il souhaite aussi attirer l'attention des décideurs, dans le domaine de la pédagogie, de la politique culturelle, des médias, dans celui de l'aménagement du territoire et tant d'autres... Ce que nous ne formulons pas exerce sur le cours de nos vies une influence profonde. Nous avons le choix entre nous laisser droguer par les rythmes barbares - dont la diffusion représente désormais une part importante du commerce occidental et japonais, ou écouter des musiques qui nous élèvent. Entre répandre des images qui peuvent faire de nos enfants des criminels, ou leur montrer des édifices conçus, comme le Parthénon, selon le nombre d'or. Entre laisser nos villes se transformer en terrains de chasse ou aménager des lieux de vie plus apaisés. Bref, nous avons le choix entre permettre que nos cultures continuent de se détériorer jusqu'à l'agonie, toutes fins sacrifiées aux moyens, ou nous organiser pour renaître. Les solutions heureuses à ces problèmes urgents ne relèvent pas forcément de la seule logique du cerveau gauche.

 

La première partie de ce travail est consacrée aux indispensables notions de neurologie, de neuropsychiatrie qui permettent de mesurer ce qu'apportent la découverte et l'exploration de l'asymétrie cérébrale et aussi ce qu'elles permettent de conjecturer sur nous-mêmes.

 

La deuxième partie examine le rôle du cerveau droit dans nos comportements non verbaux, nos sentiments plus ou moins conscients d'appartenance à divers groupes. Elle porte également sur l'importance que prennent dans nos vies les symboles, les rites et les nombres. Elle examine enfin, du point de vue de l'asymétrie cérébrale, nos rapports avec l'art, la créativité, la conduite de la vie.

 

La troisième partie est consacrée d'abord à une comparaison entre les cultures et les civilisations de l'Occident et celles du reste du monde, puis à l'examen critique des défauts et des vices de notre culture ainsi que des dangers qu'elle court. On termine sur la discussion de quelques remèdes suggérés par ce que nous savons et pressentons du rôle majeur de l'asymétrie cérébrale dans le fonctionnement des humains et de leurs sociétés.

 

La découverte encore balbutiante, fragmentaire, selon laquelle il faut que nos deux cerveaux coopèrent sera un jour appréciée dans toute son importance. Jusqu'ici, c'est tantôt par le cerveau gauche, celui de l'analyse et de la logique, tantôt par le cerveau droit, celui de l'intuition, que cette quête a été abordée, selon les époques, les traditions et les civilisations. Et les modèles fournis par chacune de ces deux approches se sont révélés à la fois incomplets, insuffisants et peu compatibles. Nous les avons considérés comme mutuellement exclusifs. Mais il devient clair qu'ils ne sont rien l'un sans l'autre.

 

Il y a désormais deux voies qui se présentent à nous. La première est de toute évidence la poursuite d'une démarche objective, d'une étude scientifique de ce que nous sommes grâce au développement des sciences cognitives, non freinées par des a priori, des interdits, des partis pris idéologiques. L'autre voie consistera à se préoccuper simultanément et depuis la prime enfance, du fonctionnement de chacun de nos deux cerveaux."

 

Le professeur Lucien Israël dirige la clinique universitaire de cancérologie de l'université Paris-Nord à Bobigny. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont La Décision médicale (1980), Vivre avec un cancer (1992) et La Vie jusqu'au bout (1993).

 


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :