Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

hollande-sarkozy-paris-match-27c19.jpg

 

Pour que les élections aient un sens, il faudrait qu'il y ait un choix et pour qu'il y ait un choix, qu'il y ait, comme disait Jacques Derrida, de la "différAnce ; or de la différAnce, il n'y en a pas et l'électeur, qui croira naïvement voter pour des "raisons de fond", votera en fait pour le candidat le plus "gentil" (ou le plus agaçant).

Mais pour dissimuler le fait que tout est joué d'avance, il faut bien faire monter l'extrême-droite et l'extrême-gauche, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélanchon, faire croire en un péril fasciste et/ou totalitaire.

La réalité, dont absolument personne ne parle, parce que c'est évidemment le fond du problème est la question de savoir si la France doit rester une nation indépendante et souveraine ou faire partie d'une confédération, si nous devons encore nous occuper de nos propres affaires ou nous en remettre à des "spécialistes" (la commission de Bruxelles).

Et ce choix qui est le seul véritable et à l'intérieur duquel le "choix" entre la Gauche, le Centre et la Droite, voire les extrêmes, a véritablement un sens, il faut absolument en confisquer la possibilité et jusqu'à l'idée même d'y penser.

Nous avons donc saint Nicolas Sarkozy et la peu angélique Angela Merkel faisant croire qu'ils ont  "sauvé l'euro" ou les socialistes et les Verts (et jusqu'à Jean-Luc Mélanchon) faisant semblant de croire en la possibilité d'une "Europe sociale" ou le Front national, faisant semblant d'être pour la sortie de l'euro et le retrait de la France de l'UE, alors que Marine Le Pen et son père siègent au Parlement européen où ils font semblant de s'opposer (mais n'oublient pas, cependant, de toucher leurs 20 000 euros de salaire chacun à la fin du mois, en réalité près de 35 000 euros si on ajoute tous les "à côtés", payés par le contribuable français) et la classe politico-médiatique agitant la "menace fasciste" et amalgamant la nostalgie des "heures les plus noires de notre Histoire" avec le refus de faire partie d'un Empire sous domination germano-américaine (le rêve de Pierre Laval), vidé de toute substance démocratique, l'assimilation du thème de la souveraineté nationale à une idée d'extrême-droite, fascisante et nauséabonde.


 

secession.jpg

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :