Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Caroline Fourest est une journaliste honnête, féministe, laïque et antiraciste,  qui pense par elle-même et qui renvoie  dos à dos le Front national et les intégristes de tout poils.
       
Caroline Fourest était venu parler du Front national à la Fête de L'Huma. Elle n'a pas pu en placer une...
       
La campagne présidentielle de J.L. Mélanchon était stratégiquement dirigée contre le FN et Marine Le Pen.
       
Mais Marine Le Pen ne faisait que reprendre des thématiques "gaulliennes", défendues par le P.C. dans les années 60 (la nation, le refus de l'euro-atlantisme, la laïcité n'était pas à l'ordre du jour à l'époque et elle n'était pas menacée comme elle l'est aujourd'hui...) et que la Gauche aurait dû défendre si elle avait vraiment été de Gauche.

Marine Le Pen est pour la sortie de l'euro et contre l'Union européenne, DONC la sortie de l'euro et la critique de l'UE sont des idées d'extrême-droite, DONC il faut rester dans l'UE et accepter les directives néo-libérales, la dérégulation, la casse des services publiques, etc., se désolidariser de ces fainéants de Grecs et se soumettre à tous les diktats de la commission européenne, en attendant la dentition des galinacées, le retour du Messie  et une "Europe sociale".
       
Marine Le Pen nous expliquerait que non, décidément non, c'est la terre qui tourne autour du soleil et non l'inverse, que J.L. Mélanchon la taxerait d'obscurantisme.

J.L. Mélanchon, pour des raisons tactiques, a voulu faire croire que le danger majeur pour la démocratie dans ce pays était le F.N et a pris le contre-pied systématique de MLP, laissant à MLP le monopole de la défense de valeurs de gauche telles que la laïcité ou la défense de la Nation.
       
Il est politiquement suicidaire pour la Gauche de ne pas se différencier de la Droite ultra-libérale, technocratique et post-démocratique et d'abandonner les thèmes de la défense de la nation et de la laïcité à l'extrême-Droite.

L'intrusion des Indigènes de la République à la Fête de l'Huma est un cinglant démenti à cette conception commode d'un seul ennemi bien identifié ; on l'a bien vu au moment de la tuerie de Toulouse, passé de "drame national" quand on l'attribuait à l'extrême-Droite à "fait divers tragique" quand on a appris la vérité (voir les articles du journal Le Monde de l'époque)

Il y aurait pourtant bien des choses à dire sur la sincérité de Marine Le Pen, à commencer par le fait qu'elle fait mine de souhaiter la sortie de la France de l'U.E., tout en siégeant avec son papa au Parlement européen avec tous les avantages liés à cette fonction qu'elle dénonce par ailleurs comme factice, ce qui est parfaitement exacte dans la mesure où le pouvoir réel est détenue par la commission qui n'est pas élue par le peuple (mais alors pourquoi diable siège-elle au Parlement européen) ? Une autre raison, en plus des 20 000 euros mensuels que nous donnons aux députés européens pour ne rien faire est sans doute qu'il n'y a pas une seule personne de couleur au Parlement européen, qu'on y est "entre blancs". On pourrait aussi évoquer son sens assez particulier de la laïcité (ce que fait d'ailleurs Caroline Fourest.)
       
Jean-Luc Mélanchon (mais il n'est pas le seul) s'est dévoué pour jouer le rôle d'idiot utile des partisans de l'ultra libéralisme euro-atlantiste et de la disparition de la nation, dont Jean Jaurès disait qu'elle était "le seul bien des pauvres".
       
Les pauvres n'ont donc plus leur mot à dire puisque le Parti parle pour eux, mais les technocrates qui s'essuient les pieds sur la démocratie, les riches et les malins qui bénéficient du système peuvent le remercier.
       
Et comme si ça ne suffisait pas, Les Indigènes de la République, Ouma.com, Les Indivisibles et des éléments "avancés" du Front de Gauche cherchent la lumière du côté de l'islam radical et font de Caroline Fourest "le porte-parole de l'islamophobie de Gauche" (sic !) parce qu'elle met en garde depuis des années l'opinion publique, analyses irréfutables à l'appui, contre les dangers du fondamentalisme musulman.
       
Les gens présents dans la salle (ou plutôt sous le chapiteau) se sont solidarisés de Caroline Fourest en criant "Liberté d'expression !" et il y a eu une mise au point très claire des organisateurs. Il n'empêche que les perturbateurs ont gagné (c'est eux que l'on aurait dû évacuer et pas Caroline Fourest)
Revenir en haut
  
L'article de Caroline Fourest sur son blog : link
Ces derniers jours, mes agresseurs belges ont lancé une consigne — relayée par Oumma.com, les Indigènes de la République et leurs alliés des Indivisibles ou d’Egalité et réconciliation — pour venir saborder ma conférence contre le FN prévue ce samedi, à 17h, à la Fête de l’Huma.

 

 


 

But de la manoeuvre ? Intimider ceux qui entendraient mes appels à la vigilance contre l’intégrisme et ses alliés (en l’occurrence les groupes qui veulent saborder la conférence). Mais peuvent-ils le dire comme ça… Il faut bien trouver une astuce. En l’occurrence, faire croire que ma conférence contre le racisme anti-musulmans du FN sera “islamophobe” ! Plus c’est gros, plus ça passe.

   

 Pour justifier leurs agressions, passées et à venir, mes détracteurs rament… J’ai derrière moi 15 ans de prises de positions publiques, 14 livres, plus de 300 conférences et je n’ose imaginer combien d’articles ou tribunes. Ils n’ont trouvé qu’un tribune sur laquelle s’exciter en boucle, parue dans le Wall street journal.

 

Je n’ai pas tout de suite compris à laquelle ils se référaient car j’en ai écrit deux. L’une portait sur les révoltes de novembre 2005, pour combattre les clichés véhiculés par la presse anglo-saxonne. Tariq Ramadan et Pascal Boniface l’ont utilisé pour faire croire que je tenais un double discours (venant de leur part, c’est toujours amusant) alors que j’y dis exactement ce que je dis dans mon livre “Le Choc des préjugés”, à savoir que ces émeutes n’étaient “ni ethniques, ni religieuses, mais le symptôme d’un malaise identitaire et social”.


Mais c’est à l’autre tribune qu’ils font finalement référence, faute de mieux. Et là, cela devient intéressant, car mes agresseurs se dévoilent pour de bon… Cette tribune porte sur la stratégie et la rhétorique de la confrérie des Frères musulmans. D’après les écrits de leur prédicateur de référence pour l’Europe, Youssef al Qaradhawi, qui sert de référence à tous les militants gravitant dans les cercles de l’UOIF ou des Frères Ramadan.


Or ce théologien, qui prêche sur Al Jazira, a une conception prosélyte et ultra-intégriste. Il estime qu’il faut faut brûler les homosexuels, battre les femmes insoumises, que le seul dialogue avec les Juifs passe par le “sabre et le fusil”, il est l’auteur d’une fatwa autorisant le Hamas à mener des attentats-suicide, et l’auteur d’un livre où il s’interroge sur comment réussir là où le FIS a échoué en Algérie…


Extrait à propos des homosexuels de son livre, “Le Licite et l’Illicite” : « Les savants en jurisprudence ne furent pas d’accord sur le châtiment que l’on doit infliger à l’auteur de cette immoralité. Est-ce que les deux partenaires reçoivent le châtiment du fornicateur ? Est-ce que l’on tue l’actif et le passif ? Par quel moyen les tuer ? Est-ce avec un sabre ou le feu, ou en les jetant du haut d’un mur ? Cette sévérité qui semblerait inhumaine n’est qu’un moyen pour épurer la société islamique de ces êtres nocifs qui ne conduisent qu’à la perte de l’humanité ».


Critiquer ce prédicateur et décoder les stratégies de la confrérie des Frères musulmans, sa branche politique (présentable) et sa branche “action directe” (moins présentable) serait donc raciste ? De qui se moque-t-on ?


Je suis spécialiste des intégrismes et je n’ai pas l’intention de renoncer à décoder les écrits de ces mouvements, qu’ils soient Frères musulmans, haredim ou membres de l’Opus Dei.


En voulant interdire cette critique des Frères musulmans et de leur penseurs extrémistes, après m’avoir agressée il y a quelques années lorsque je venais critiquer la politique de Nicolas Sarkozy à l’ULB, ces militants confirment leur adhésion à une idéologie radicale et leur volonté d’entretenir — de façon tout à fait voulue — l’amalgame entre critique de l’intégrisme et racisme. Pour protéger les extrémistes — qu’ils soutiennent— de toute critique.

 

Je maintiens tous les mots de cette tribune. Je ne refuse que le titre paru (“War on eurabia”), choisi par le journal (comme toujours pour les tribunes). Je l’ai découvert au moment de la parution, furieuse de me voir coller une expression si marquée, qui ne reflète en rien mon travail, et qui est portée par des néoconservateurs dont je combats l’approche et qui me le rendent bien (puisqu’ils m’accusent d’être une alliée d’Eurabia !).

 

Caroline Fourest


Pour lire la tribune en question (avec son titre original).

 

Lire aussi : Les “Y a bon Awards” déshonorent l’antiracisme

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :