Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

la_nuit_privee_d_etoiles_poche_677.jpg

 

Thomas Merton, La nuit privée d'étoiles (The Seven Storey Mountain), traduit de l'américain par Marie Tédié, Editions Albin Michel. Couverture : le pont de Brooklyn, à New York.

 

 


"Je naquis le 31 janvier 1915, à l'ombre des Pyrénées, libre, à l'image de Dieu, et prisonnier de ma nature violente et égoïste, à l'image du monde, de ce monde de ténèbres peuplé d'hommes qui aiment et haïssent Dieu ; qui, mis sur terre pour l'aimer, vivent dans la peur, en proie à leurs désirs incohérents et désespérés..."

 

La nuit privée d'étoiles nous retrace le chemin parcouru par un homme de notre temps, au milieu des problèmes de notre temps, pour atteindre la vérité.

 

Thomas Merton nous fait parcourir avec lui cet itinéraire déconcertant qui l'a conduit d'une jeunesse agitée au baptême, puis à la vie religieuse.

 

Sous les plaisirs et les satisfactions d'amour-propre qui lui sont prodiguées, le jeune étudiant sent monter, insupportable, la "nausée", le dégoût radical qui lui fera tout quitter pour l'amour de Dieu et l'abandon paisible en Lui.

 

Ce livre, tout imprégné de tendresse humaine et de la poésie des choses, fait entendre l'appel divin au coeur du monde moderne ; c'est avec des problèmes et des angoisses qui nous sont familiers que l'auteur s'est débattu.

 

Graham Green écrit qu'en lisant La nuit privée d'étoiles, il a eu le plaisir rare de "découvrir une autobiographie qui puisse servir de modèle et de ligne à chacun de nous."


 

merton_hh.jpg

Thomas Merton en compagnie du Dalaï Lama

 

   

The Thomas Merton Center at Bellarmin University : link

 

 

Thomas Merton (1915-1968) est sans doute l'un des écrivains catholiques le plus influent du XXème siècle. Son autobiographie, The Seven Storey Mountain (La Nuit privée d'étoiles), s'est vendue à près d'un million d'exemplaires et a été traduite en une quinzaine de langues. Il a écrit près de 50 livres et des centaines de poèmes, ainsi que des articles, allant de la spiritualité monastique aux Droit civiques, de la non-violence à la course aux armements nucléaires.

 

Merton est né à Prades, dans les Pyrénées. Son père néo-zélandais et sa mère américaine, Ruth Jenkins, étaient tous deux des artistes. Ils s'étaient rencontrés dans une école d'art à Paris, ils se marièrent à l'Eglise Sainte-Anne, à Londres, dans le quartier de Soho, avant de retourner en France où Thomas Merton naquit le 31 janvier 1915.

 

Après une jeunesse et une adolescence agitée, Merton se convertit au catholicisme alors qu'il était étudiant à L'université de Columbia. Le 10 décembre 1941, il entra à l'abbaye de Gethsemani, une communauté de moines appartenant à l'ordre des cisterciens de stricte observance (trappistes), l'ordre catholique romain le plus ascétique.

 

Les trente sept années qu'il passa à Gethsemani apportèrent des changements profonds dans sa connaissance de lui-même. Sa conversion le conduisit vers l'arène politique, où il devint, selon Daniel Berrigan, la conscience du mouvement pour la paix des années 60.

 

Considérant que la paix et l'égalité raciale étaient les deux questions les plus importantes de notre temps, Merton soutint avec énergie le mouvement non-violent pour les Droits civiques, dont il disait qu'il était "certainement le plus grand exemple d'engagement de la foi chrétienne de l'Histoire sociale des Etats-Unis."

 

En raison de son engagement social, Merton eut à subir de sévères critiques, aussi bien de la part de catholiques que de non-catholiques, dénonçant le caractère inconvenant pour un moine de ses écrits politiques.

 

Durant ses dernières années, il conçut un profond intérêt pour les religions orientales, en particulier pour le bouddhisme Zen et pour le dialogue entre l'orient et l'occident. Après plusieurs rencontres avec Merton à l'occasion de son voyage en Extrême-Orient en 1968, le Dalaï Lama lui confia qu'il n'avait jamais rencontré de chrétiens qui eût une plus profonde connaissance du bouddhisme. Il décéda à Bangkok, le 10 décembre 1968, alors qu'il se rendait à une conférence sur le dialogue monastique entre l'orient et l'occident, victime d'une électrocution accidentelle. Date qui coïncidait avec le trente-septième anniversaire de son entrée au couvent de  Gethsemani.

 

(Traduit de l'américain, source : The Thomas Merton Center of Bellarmin University)

 

mertondenimjack.gif

 


"Whatever I may have written, I think it all can be reduced in the end to this one root truth: that God calls human persons to union with Himself and with one another in Christ, in the Church which is His Mystical Body. It is also a witness to the fact that there is and must be, in the church, a contemplative life which has no other function than to realize these mysterious things, and return to God all the thanks and praise that human hearts can give Him.

 

It is certainly true that I have written about more than just the contemplative life. I have articulately resisted attempts to have myself classified as an "inspirational writer." But if I have written about interracial justice, or thermonuclear weapons, it is because these issues are terribly relevant to one great truth: that man is called to live as a child of God. Man must respond to this call to live in peace with all his brothers and sisters in the One Christ."

 

"Tout ce que j'ai pu écrire peut se résumer au bout du compte à cette unique vérité : Dieu appelle les personnes humaines à s'unir à lui et à s'unir les unes aux autres dans le Christ et dans l'Eglise, corps mystique du Christ. Mon oeuvre témoigne également du fait qu'il y a et qu'il doit y avoir, dans l'Eglise, une vie contemplative qui n'a d'autre fonction que d'accomplir ces réalités mystérieuses et d'adresser à Dieu toutes les louanges et toutes les actions de grâce que le coeur humain peut lui témoigner.

 

J'ai incontestablement abordé d'autres sujets que la vie contemplative. (...) Mais si j'ai écrit sur l'égalité raciale et sur les armes thermonucléaires, c'est parce que ces deux questions sont en rapport avec une seule grande vérité : l'homme est appelé à vivre en enfant de Dieu, en paix avec tous ses frères et soeurs dans le Christ."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :