Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poster 41387
 
Wilkie Collins, Qui a tué Zebedee ? Petite Bibliothèque des Ombres, 1995, nouvelles traduites de l'anglais par Alexandre Mehl
 
 
Ce petit livre (je veux parler du format car il comporte 179 pages) rassemble, sous le titre de la première, cinq nouvelles de Wilkie Collins, le père du roman policier : "Qui a tué Zebedee ?", "Tel est pris qui croyait prendre, "Un mariage empoisonné", "Chez les dépravés" et "La lettre volée".
 
"Qui a tué Zebedee ?" :   la nouvelle se présente sous la forme d'une confession. Le narrateur, un ancien policier, raconte comment son obstination à vouloir élucider un crime inexpliqué, l'a conduit au parjure et à la démission. Il y a des secrets qu'il ne faut pas chercher à découvrir.
 
"Tel est pris qui croyait prendre" : il s'agit d'un échange de lettres entre un apprenti policier vaniteux et stupide, un policier expérimenté et leur supérieur.
 
"Un mariage empoisonné" : sans doute la plus fascinante du recueil, bien qu'il ne s'agisse pas à proprement parler d'une nouvelle policière. Deux amis reproduisent contre leur gré la situation "triangulaire" d'une pièce de théâtre à laquelle ils ont assisté en Italie.
 
"Chez les dépravés" : l'arrivée inattendue d'un voyageur égaré dans un paisible presbytère écossais va bouleverser la vie de ses trois occupants : le pasteur, sa soeur et sa ravissante fille. Une satire malicieuse de la mentalité victorienne. Et à nouveau le thème du secret !
 
"La lettre volée" : encore une confession ! Le narrateur, un ancien homme de Loi, explique comment il est tombé dans la déchéance.

Ces nouvelles sont parfaitement représentatives du talent de Collins : l'art d'intriguer et d'égarer le lecteur, le talent narratif, un savant alliage de comédie et de drame, une dose d'humour et de malice, une profondeur psychologique que ses successeurs ont rarement égalée.

 
Sarony-_Napoleon_-1821-1896-_-_Wilkie_Collins_-182-copie-1.jpg
 
 
William Wilkie Collins (8 janvier 1824 – 23 septembre 1889) est un écrivain britannique de l'époque victorienne, contemporain et ami de Charles Dickens. Très populaire de son vivant, il est l'auteur de 27 romans, plus de 50 nouvelles, au moins 15 pièces de théâtre et plus de 100 essais.
 
"Connu en France pour ses deux grands romans La Pierre de lune, le premier roman policier de l'histoire de la littérature, et La Femme en blanc, Collins a laissé une oeuvre abondante et variée  : romans, nouvelles, mais aussi pièces de théâtre, biographies, récits de voyages et essais. Ses oeuvres de fiction révèlent un grand sens de l'intrigue et une réelle originalité des procédés narratifs. Dans une oeuvre hantée par le secret, Collins sut habilement mêler pathétique et humour, et n'hésita pas à recourir à la satire. Si son titre de gloire est d'avoir largement contribué au développement de la littérature policière naissante, Collins reçut l'admiration de ses pairs (H. James, A.C. Swinburne, G.K. Chesterton, T.S. Eliot, j.L. Borgès) et mérite aujourd'hui  d'être pleinement reconnu comme un écrivain important de l'ère victorienne." 


jose-luis-borges-ecrivain-argentine
 
Le Jugement de Borgès :
 "A vrai dire le genre policier se prête moins au roman qu'à la nouvelle : Chesterton et Poe, son inventeur, ont toujours préféré la seconde. Collins, voulant que ses personnages ne soient pas les simples rouages d'un jeu ou d'un mécanisme, nous les présente comme des types humains parfaitement crédibles.

Fils aîné du paysagiste William Collins, l'écrivain naquit à Londres, en 1824 ; il mourut en 1889. Son oeuvre est variée ; ses thèmes sont à la fois complexes et clairs, ils ne traînent ni ne s'embrouillent. Il fut avocat, opiomane, acteur et ami intime de Dickens, avec qui il lui arriva de collaborer."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :