Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il était une fois une veuve qui avait deux filles ; l'aînée lui ressemblait si fort et d'humeur et de visage, que qui la voyait la mère. Elles étaient toutes deux si désagréables et si orgueilleuses qu'on ne pouvait vivre avec elles. La cadette, qui était...

Lire la suite

C'est au château de Duino, sur les bords de l'Adriatique, où il avait été invité par la princesse de La Tour et Taxis et trouvé un havre provisoire de paix, qu'en janvier-février 1912 Rilke compose les deux premières des dix Élégies (Duineser Elegien)...

Lire la suite

... la clairière des anges Ils filtrent l'effroi des gisants dans la tendresse du sourire de l'aube, s'abreuvent à la scintillation ardente des sources du silence, versent l'ivresse des noces, dessinent en dansant dans la jubiliation des abîmes, le visage...

Lire la suite

Au Peuple japonais " Or watch the things you gave your life to, broken, And stoop and build 'em up with worn-out tools..." (Rudyard Kipling) La Terre s'est disloquée et l'eau a vomi la mort. Dans ce désert du monde, rien, pas même le souffle du Silencieux......

Lire la suite

Je souhaite dans ma maison : Une femme ayant sa raison, Un chat passant parmi les livres, Des amis en toute saison Sans lesquels je ne peux pas vivre. (Guillaume Apollinaire, Le Bestiaire)

Lire la suite

Se réveiller dans l'innombrable et forcenée jubilation du fracassant gazouillis de ces gosiers ponctuels à susciter la lumière.

Lire la suite

Printemps de février L'hiver a perdu la mémoire Et le printemps s'est invité Dans les tristes maisons des hommes. Je me suis assis simplement Sur les marches de mon enfance, Pour mieux respirer le soleil Et l'ivre parfum du buis Et j'ai crié dans la douceur...

Lire la suite

"Je n'ai jamais désiré de quitter le lieu où je vivais et j'ai toujours désiré que le présent, quel qu'il fût, perdurât. Rien ne détermine plus de mélancolie chez moi que cette fuite du temps. Elle est en désaccord si formel avec le sentiment de mon identité...

Lire la suite

à Jean Sève À Bacharach il y avait une sorcière blonde Qui laissait mourir d'amour tous les hommes à la ronde Devant son tribunal l'évêque la fit citer D'avance il l'absolvit à cause de sa beauté Ô belle Loreley aux yeux pleins de pierreries De quel magicien...

Lire la suite