Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Va jusqu’aux bout de ton désir Dieu parle à chacun de nous car Dieu nous crée Puis marche avec nous en silence dans la nuit. Ce sont les mots que nous entendons doucement : Toi, envoyé au-delà de ta mémoire, Incarne-moi. Enflamme-toi comme une flamme...

Lire la suite

L'ouvrage : Les Deux Sources de la morale et de la religion est un ouvrage du philosophe français Henri Bergson paru en 1932 : Il s’agit du dernier ouvrage du philosophe. Sa réflexion sur la morale l’amène à discuter les approches sociologiques de son...

Lire la suite

Tristan Wer die Schönheit angeschaut mit Augen, Ist dem Tode schon anheimgegeben, Wird für keinen Dienst auf Erden taugen, Und doch wird er vor dem Tode beben, Wer die Schönheit angeschaut mit ... "La beauté est le mystère suprême d'ici-bas." (Simone...

Lire la suite

Rainer Maria Rilke, Nouveaux Poèmes suivi de Requiem, traduit de l'allemand par Lorand Gaspar et Jacques Legrand, Editions du Seuil, collection Points Rainer Maria Rilke est né à Prague en 1875. A l'âge de onze ans, il est envoyé à l'école militaire de...

Lire la suite

Nul de vous n'a compris l'enfant de Bithynie (pourquoi avoir touché au fleuve, l'en avoir retiré...) Bien sûr, je l'ai gâté. Et pourtant : nous l'avons chargé de pesanteur et pour toujours terni. Qui peut aimer ? Qui donc ? - Personne encore. C'est ainsi...

Lire la suite

De loin déjà le pèlerin, craintif étranger, ressent cette pluie d'or qui ruisselle de lui ; comme si des riches, soucieux de se racheter, avaient amassé là tous leurs trésors. Mais en s'approchant il est troublé par la majesté de ses sourcils ; ce qu'il...

Lire la suite

Etendu. Son visage dressé pâle et fermé par des coussins abrupts, depuis que l'expérience du monde arrachée à ses sens, est retombée dans l'année froide. Ceux qui l'ont vu vivre ne se doutaient pas combien il faisait un avec toute chose ; car tout ceci...

Lire la suite

Cœur de tous les cœurs, centre de tous les centres, amande qui se clôt et perd son amertume, - tout cela jusqu'aux étoiles est ta pulpe : Je te salue. Vois, tu le sens, rien à toi ne tient plus ; ta coque est dans l'infini, la vigueur de ta sève s'y presse....

Lire la suite