Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rédiger une préface à une anthologie poétique

Sujet :

Rédiger la préface d'une anthologie poétique d'auteurs appartenant à des siècles différents sur un thème de votre choix. Votre anthologie devra contenir une dizaine de poèmes, ainsi que quelques illustrations.

Consignes : 

- Choisissez un thème lyrique.

- Réunissez plusieurs époques et plusieurs auteurs pour une dizaine de textes.

- Illustrez votre anthologie (tableau, photo d'auteurs, dessins personnels...) 5 minimum

- Introduisez brièvement chaque texte.

- Soignez votre couverture (illustration) où figurera un titre (personnel) et le thème.

- Rédigez une préface (500 à 700 mots), contenu :

- Que représente la poésie pour vous ?

- Présentation du thème contextualisé (histoire littéraire, courant...)

- Présentation des textes et des documents iconographiques en lien avec le thème choisi.

- Justification possible de l'organisation des textes.

- Justification du choix du thème, des auteurs, des textes... illustrée de citations. celle-ci sera évaluée à part, comme un écrit d'invention (/20)

Barême :

- Présentation, soin, originalité (dont couverture) : 5 points

- Titre personnalisé : 1 point

- Introduction des textes ; 5 points

- Pertinence du groupement : 2 points

- Illustrations (choix, pertinence et mise en contexte) : 5 points

- Maîtrise de la langue : 2 points

Qu'est-ce qu'une anthologie poétique ?

C'est un recueil de poésies d'auteurs divers, qui a pour but de faire découvrir des poètes en choisissant les poèmes en raison d' un thème commun. 

La préface (du latin præ, avant, et fari, parler) est un discours placé en tête d'un livre, pour en faire connaître les vues ou le plan, prévenir des objections ou répondre à des critiques.

Conseils :

Dites ce que la poésie représente pour vous.

Choisissez un thème (exemples : la mer, la nature, la ville, l'enfance, les animaux, l'amitié, l'amour, la paix, etc.) Présentez le thème.

Cherchez des poètes que vous aimez qui ont traité ce thème ; ils doivent appartenir à des époques différentes.

Présentez-les rapidement (dates, mouvement littéraire...)

Choisissez des poèmes qui vous plaisent particulièrement (une anthologie doit traduire des goûts personnels) et présentez-les succintement.

Présentez chaque poème et cherchez des illustrations (gravures, tableaux, dessins personnels...) pour les accompagner.

Pensez à la page de couverture (titre, illustration)

Travail d'élève :

"Ce que représente la poésie pour moi...

Le peintre Edgar Degas avouait un jour à son ami Stéphane Mallarmé qu'il aimerait être poète comme lui, car "il avait beaucoup de sentiments à exprimer". Mallarmé lui répondit qu'on n'écrivait pas de la poésie avec des sentiments, mais avec des mots : "Tout poème composé autrement qu'en vue d'obéir aux vieux génie des vers n'en est pas un".

De même que le compositeur utilise des notes de musique, le peintre des pinceaux, des couleurs et des formes, le sculpteur du marbre, du bois ou de la pierre, le matériaux du poète est le langage et il vaudrait mieux dire qu'il est au service du langage, plutôt qu'il ne s'en sert.

Un grand poète éprouve bien sûr des émotions, des sentiments et plus profondément et plus intensément sans doute que la plupart des autres hommes, mais il les exprime avec des mots, et de manière "inouïe" (étymologiquement : jamais entendue). Comme le disait Colette : "Il faut, avec les mots de tout le monde, écrire comme personne".

Les thèmes de la poésie ne sont pas très nombreux : l'amour, la mort, le temps, la nature... Et les poètes, au fond, répètent tous la même chose. Mais ils ne répètent pas les mêmes choses de la même façon.

Hésitation entre le son et le sens, selon la définition de Paul Valéry, la poésie est l'art qui se rapproche le plus de la musique. Un grand poète est quelqu'un dont la "voix" est immédiatement reconnaissable entre toutes, comme l'est celle d'un grand compositeur de musique.

Le poète nous parle à voix basse, "coeur à coeur" et nous révèle des sentiments et des émotions que nous n'eussions jamais éprouvés sans lui. Il nous montre aussi le monde (les arbres, les animaux, les nuages, les hommes...) comme nous ne l'avions encore jamais vu jusque là. Les poètes nous apprennent à aimer car ils nous apprennent le langage de l'amour - pensons au troubadours et aux trouvères qui ont tant marqué notre culture - ils nous révèlent à nous-mêmes.

La poésie représente pour moi une autre vie, une vie différente de la vie superficielle ordinaire, marquée par le travail et les soucis, dominée par la raison, le calcul et le réalisme. La poésie est le domaine des images, des sensations, des émotions, des sentiments... domaine qui représente un aspect important de l'âme humaine, à côté de la pensée purement rationnelle. Plutôt que la "pensée raisonnante" qui cherche à s'emparer des choses, la pensée qui entre en résonance avec le monde.

J'aime lire de la poésie, car cela me permet d'enrichir mon imagination et de découvrir des visions du monde différentes de la mienne et donc de m'enrichir à leur contact..

Présentation du thème : 

Souvent associé au thème du temps qui passe et à celui de la nature, l'amour a été chanté par les poètes depuis des temps immémoriaux.

J'ai choisi de vous présenter ce thème éternel à travers une dizaine de poètes, depuis la Renaissance jusqu'au XXème siècle, avec des oeuvres de Pierre de Ronsard, Joachim du Bellay, Victor Hugo, Guillaume Apollinaire, Paul Valéry, Louis Aragon et Paul Eluard.

J'ai choisi ces poèmes car ils représentent, chacun à sa manière, une facette de ce sentiment merveilleux et terrible qu'est l'amour, mais sans lequel une vie ne vaut pas vraiment la peine d'être vécue.

J'ai décidé de vous présenter ces poèmes par ordre chronologique, mais j'aurais pu aussi les regrouper par affinités. Par exemple, le poème de Joachim du Bellay : "Ces cheveux d'or" présente l'amour sous un double visage, positif et négatif, tout comme "Le Pont Mirabeau" de Guillaume Apollinaire. Le poème de Paul Eluard n'est pas, quant à lui, sans faire penser à "L'Invitation au voyage" de Charles Baudelaire par son climat heureux, calme et apaisé.

Certains vers sont ancrés à jamais dans nos mémoires :

"Ses cheveux d'or sont les liens, Madame

Dont fut premier ma liberté surprise..." (Joachim du Bellay)

Le poète exprime ici merveilleusement l'emprise de l'amour et la perte de la liberté qui ne tient souvent qu'à un cheveu de femme.

"Cueillez, cueillez votre jeunesse..." (Pierre de Ronsard). Inspiré du "Carpe Diem" du poète latin Horace, ce poème compare l'amour à un fruit délicieux et nous invite à vivre l'instant présent et à le cueillir avant qu'il ne périsse.

"Le temps s'en va, le temps s'en va ma Dame,

Las ! Le temps non, mais nous nous en allons,

Et tôt serons étendus sous la lame..." (Pierre de Ronsard)

Ces vers expriment le thème éternel de la fuite du temps et place la vie et l'amour sous l'horizon de la mort.

"Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe

Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur." (Victor Hugo)

Dans "A Villequier", poème à chute, le lecteur pense que le poète s'adresse à une femme vivante, alors qu'il parle à sa fille décédée depuis plusieurs années. Hugo exprime ici l'amour d'un père pour sa fille. Le houx symbolise l'éternité par-delà la mort car ses feuilles demeurent toujours vertes et la bruyère en fleurs combien l'amour peut être plus puissant et plus fort que la mort.

"Là tout n'est qu'ordre et beauté,

Luxe, calme et volupté..." (Charles Baudelaire)

Ce refrain répété trois fois dans le poème constitue, selon Paul Valéry, la définition la plus parfaite que l'on ait jamais donné de l'art. Mais il est aussi une parfaite définition de l'amour idéal.

"Ne te verrai-je plus que dans l'éternité?" (Charles Baudelaire)

Ce vers de Baudelaire exprime le sentiment de nostalgie poignante qui nous étreint à la pensée qu'une personne qui eût peut-être fait notre bonheur, n'a fait que passer dans notre vie et que nous ne la reverrons plus jamais.

"Les jours s'en vont, je demeure" (Guillaume Apollinaire)

Ce vers fait penser à celui de Ronsard : "Le temps non, mais nous nous en allons..." Mais semble dire exactement le contraire. Tout s'en va, tout passe, les joies comme les peines, l'amour comme la haine, mais quelque chose demeure, c'est le moi qui dit "je".

"Car j'ai vécu de vous attendre

Et mon coeur n'était que vos pas" (Paul Valéry)

Comment mieux exprimer la douce brûlure de l'attente ? 

"Rien n'est perdu tant que l'amour nous donne le pouvoir de nous émerveiller des "feuilles nouvelles" et des "plus jeunes ruisseaux qui sortent dans l'herbe fraîche" (Paul Eluard)

"Que ton poème soit dans les lieux sans amour, écrit Aragon,

Où l'on trime, où l'on saigne, où l'on crève de froid,

Comme un air murmuré qui rend les pieds moins lourds

Un café noir au point du jour

Un ami rencontré sur le chemin de croix..."

Quelle plus belle définition du pouvoir de transfiguration de la poésie ?

Choix de poèmes : 

Joachim du Bellay : "Ces cheveux d'or" - Pierre de Ronsard : "A Cassandre" et "Je vous envoie un bouquet" - Victor Hugo : "Demain dès l'aube" - Charles Baudelaire : "L'invitation au voyage" et "A une passante" - Guillaume Apollinaire : "Le Pont Mirabeau"- Paul Valéry : "Les pas"- Paul Eluard : "Anniversaire" - Louis Aragon : "Ce que dit Elsa"

Illustrations :

Botticelli : "La naissance de Vénus" - Gravure représentant Victor Hugo se recueillant sur la tombe de sa fille à Villequier - Gravure de Pierre-Joseph Redouté représentant une rose - Tableau impressionniste représentant une femme dans la rue - Vermer : "Vue de Delft" - Fleur en forme de coeur - photographie représentant Louis Aragon et Elsa Triolet.

Exemple de présentation d'un poème : 

Charles Baudelaire est un célèbre poète français, né le 9 avril 1821 à Paris et mort dans la même ville le 31 août 1867. Considéré comme le chef de fil du mouvement symboliste, il occupe une place considérable dans la poésie française pour un recueil intitulé Les Fleurs du mal dont le poème que j'ai choisi de présenter, "L'Invitation au voyage",  est extrait. Ce poème est l'un des plus mélodieux de la langue française. l'auteur invite sa bien-aimée à se rendre avec lui dans un pays imaginaire "où tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté".

                   L’Invitation au Voyage

Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Charles Baudelaire

 

Illustration : "Vue de Delf" de Vermer ou "Le Baiser" de Gustav Klimt

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :