Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

«Quand il eut passé le pont, les fantômes vinrent à sa rencontre."

"Il est un chef-d’œuvre qui inaugure les noces de sang du vampirisme et du cinéma. Nosferatu le vampire (Nosferatu, eine Symphonie des Graues, 1922) de Friedrich Wilhelm Murnau est librement et officieusement adapté du roman Dracula de Bram Stoker. Murnau, pour des questions de droits, rebaptise Dracula le comte Orlok, ainsi que tous les personnages du roman.

Max Schreck, l’acteur qui interprète Orlok, va entrer dans la légende grâce à ce rôle. La perfection de son maquillage donne l’impression d’être en face d’un véritable monstre, tandis que son patronyme (Schreck), qui signifie « peur » en allemand, encourage la confusion entre l’homme et sa création.

Réalisé par l’un des premiers génies de l’art cinématographique, Nosferatu le vampire est un classique essentiel, un film qui a fait immédiatement date. C’est aussi un titre matriciel qui va influencer plusieurs générations de cinéastes importants et de nombreux courants de la production européenne ou hollywoodienne, rassemblés autour de la lutte de l’ombre contre la lumière, la fascination de la nuit et de la mort.

Nosferatu le vampire contient le carton le plus célèbre de l’histoire du cinéma : « Et quand il eut passé le pont, les fantômes vinrent à sa rencontre. » Cette phrase a donné lieu à une multitude de commentaires. Elle souligne le passage d’un monde à un autre, mais aussi d’un état à un autre, de la conscience vers le rêve. Elle devient ainsi une parabole du pouvoir du cinéma sur le spectateur." (Olivier Père)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :