Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Daniel Tanguay, Leo Strauss, une biographie intellectuelle
Daniel Tanguay, Leo Strauss, une biographie intellectuelle

Daniel Tanguay, Leo Strauss, une biographie intellectuelle, Grasset et Fasquelle, le collège de philosophie, 2003.

Daniel Tanguay enseigne la philosophie à l'université d'Ottawa.

Leo Strauss (Kirchhain, province de Hesse-Nassau, 20 septembre 1899 – Annapolis, dans le Maryland, 18 octobre 1973) est un philosophe et historien de la philosophie juif allemand du XXe siècle, émigré aux Etats-Unis à partir de 1937. Spécialiste de philosophie politique, il est surtout connu pour ses thèses sur l'art d'écrire des philosophes et pour avoir étudié la tradition philosophique classique et les idées classiques et modernes du droit naturel, s'opposant ouvertement aux sciences sociales contemporaines. Il a aussi étudié l'histoire de la philosophie juive, en particulier dans sa période médiévale.

Table : Introduction - I. Sionisme, orthodoxie, et critique spinoziste de la religion : A. Sionisme politique : première confrontation avec le problème théologico-politique - B. Strauss et la critique spinoziste de la religion : 1.  Spinoza, critique de  la religion : a) la critique spinoziste de l'orthodoxie - b) Calvin et l'argument de la Toute-puissance divine - 2. Généalogie morale de la critique de la religion - II. Prophète et Philosophe : A. Interprétation politique de la prophétologie - B. L'interprétation platonicienne de la prophétologie - C. Du problème de la providence particulière à l'art ésotérique d'écrire - D. Le tournant farabien : Un platonisme véritable - 2. Félicité : "Quelle est la meilleure vie ?" - 3. La voie de Socrate et la voie de Thrasimaque  -  Chapitre III : Le problème théologico-politique au regard du droit naturel ancien et moderne : A. Hobbes et le droit naturel : une solution moderne au problème théologico-politique - 1. De la loi naturelle au droit naturel : le renversement hobbesien - 2. La solution moderne au problème théologico-politique : colère antithéologique et sécularisation - B. L'idée de droit naturel ancien et le problème théologico-politique - 1. La distinction entre loi naturelle et droit naturel - 2. Origine de l'idée de droit naturel - 3. Droit naturel, statut de l'individualité et problème théologico-politique - IV. Le conflit d'Athènes et de Jérusalem : A. La pensée nouvelle : point de départ et critique - 1. La pensée nouvelle comme point de départ - 2. Critique de l'interprétation existentielle de l'expérience religieuse - B. Le conflit entre Athènes et Jérusalem : 1. Le désaccord anthropologique entre la Bible et la philosophie - 3. Le saut de la foi et la défense zététique de la vie philosophique - Conclusion - Bibliographie : Ouvrages et articles de Strauss : A. Ouvrages - B. Sélection d'articles et d'essais de Strauss - Titres abrégés. 

"Avec ce livre, Daniel Tanguay propose, en français, la première tentative ambitieuse de reconstitution de la pensée de l'immense philosophe et historien du politique que fut Leo Strauss (1899-1973). Dévoilant la complexité des thèmes fondamentaux qui stucturent son oeuvre (droit naturel, critique de la modernité politique, du positivisme et de l'historicisme) et la dynamique des déplacements qu'elle introduit, Daniel Tanguy retrace le parcours d'une pensée rigoureuse dont la teneur s'est progressivement affirmée dans une confrontation tenace aux grandes orientations de la philosophie politique. Intervenant au plus près des textes de Leo Strauss, cette "biographie intellectuelle" parvient à dégager, dans les lectures classiques que donna Strauss de Spinoza, de Farabi ou de Hobbes, les éléments qui constituent la voix propre d'un historien-philosophe hors norme. Donnant sa pleine mesure à la position de Strauss concernant le sionisme politique, il montre comment, entre philosophie et religion de la révélation, entre Athènes et Jérusalem, se déploie une tentative originale dont l'objet n'est ni plus ni moins que de tenter d'articuler deux obsessions de Strauss : Dieu et la politique."

Extrait :

"La solution moderne au problème théologico-politique : colère antithéologique et sécularisation :

La colère antithéologique permet de découvrir l'idéal originaire des Lumières en action. Selon Strauss, elle est avant tout une révolte contre la Loi, telle qu'elle a été formulée et vécue dans la tradition des grandes religions révélées. La critique moderne de la religion ne fut donc pas le fruit d'une génération spontanée. Dès ses premiers travaux, Strauss a vu dans cette critique une réactivation des thèmes propres à la critique épicurienne. Cette critique épicurienne de la religion est pour Strauss la source même des Lumières, même si l'esprit de cette critique a été substantiellement modifié par les modernes : le but dernier de la critique de la religion n'est plus en effet de conduire le philosophe vers la quiétude d'une existence retirée, mais bien d'opérer une transformation effective du monde par la diffusion de cette critique qui révélera aux hommes la nature véritable de leur situation. C'est dans ce sens que va l'adaptation de l'épicurisme à la politique réaliste effectuée par Hobbes. Celui-ci a emprunté à l'épicurisme certaines de ses thèses fondamentales : l'homme est par nature un être asocial et apolitique, le bien est identique au plaisir, et les dieux ne se soucient pas du monde des hommes. Il a toutefois transformé l'épicurisme apolitique en un hédonisme politique. Cette politique hédoniste a pour condition un athéisme actif. Ils appartiennent en fait tous deux à l'esprit qui est à l'origine des Lumières.

La vérité des Lumières se situe pour Strauss dans la tendance radicale des Lumières (Machiavel, Hobbes, Spinoza, Bayle, Voltaire, Reimarus). Cette tendance radicale a mené une lutte à mort contre l'orthodoxie religieuse. En fait, la révolte contre l'autorité religieuse est ce qui unissait tous ces penseurs par-delà leurs divergences. Ils formaient un front uni dans leur combat contre la superstition et l'autorité religieuse, contre toutes les manifestations du "Royaume des Ténèbres". Cette colère antithéologique a bien sûr pour condition un athéisme ferme et sans compromis. C'est pourquoi il est si important pour Strauss, dans sa réflexion sur l'origine de la modernité, de démontrer ou tout au moins de rendre vraisemblable l'athéisme de ceux qu'il estime être les fondateurs de la modernité. Le cas de Hobbes est à cet égard exemplaire : au fil de ses travaux, Strauss a affirmé de plus en plus clairement l'athéisme de celui-ci jusqu'à le tenir finalement pour "un blasphémateur.

Sur cette voie du blasphème, Hobbes avait eu un  prédecesseur, certes plus discret, mais pas moins efficace, Machiavel. Dans la reconstruction straussienne de la modernité, Machiavel est le philosophe initiateur de la rupture moderne. Les modernes, Hobbes en tête, sont toujours à des degrés divers disciples de Machiavel. Ce dernier est plus particulièrement l'initiateur de la modernité, parce qu'il fut justement le premier à être habité par une colère antithéologique proprement moderne.

(Leo Strauss, Une biographie intellectuelle, p. 171-172)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :