Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'art doit-il imiter la nature ? (Texte de Hegel + Questions)

L'auteur : 

Georg Wilhelm Friedrich Hegel, né le 27 août 1770 à Stuttgart et mort le 14 novembre 1831 à Berlin, est un philosophe allemand. Son œuvre, postérieure à celle de Emmanuel Kant, appartient à l'idéalisme allemand et a eu une influence décisive sur l'ensemble de la philosophie contemporaine. Hegel enseigne la philosophie sous la forme d'un système unissant tous les savoirs suivant une logique dialectique. Le système est présenté comme une « phénoménologie de l'esprit » puis comme une « encyclopédie des sciences philosophiques », titres de deux de ses ouvrages, et englobe l'ensemble des domaines philosophiques, dont la métaphysique et l'ontologie, la philosophie de l'art et de la religion, la philosophie de la nature, la philosophie de l'histoire, la philosophie morale et politique ou la philosophie du droit. (source : encyclopédie en ligne Wikipédia)

L'œuvre : 

Esthétique désigne un ensemble de cours professés par Georg Wilhelm Friedrich Hegel à l'université de Heidelberg au semestre d'été 1818, puis à l'université de Berlin aux semestre d'hiver 1820-1821, aux semestres d'été 1823 et 1826 et au semestre d'hiver 1828-1829. L'intitulé exact est alors Esthétique ou philosophie de l'art (en latin : Aestheticam sive philosophiam artis). Le cours correspond à une partie du système de la philosophie publié parallèlement sous le titre Encyclopédie des sciences philosophiques : l'esthétique développe le chapitre « art » comme la philosophie de la religion le chapitre « religion » et l’histoire de la philosophie le chapitre « philosophie ». Elle se constitue néanmoins comme une science autonome à l'égard des présupposés du système. L'esthétique est la science du beau et plus précisément la science du beau de l'art (en allemand : Kunstschöne) par opposition au beau de la nature (en allemand : Naturschöne) qui se trouve exclu par principe de son domaine, parce que pour Hegel ce qui naît de l'esprit, même si cela était la chose la plus laide au monde, reste tout de même supérieur à la plus belle création de la nature, car ce qui naît de l'esprit est doublement né (de la nature, puis de l'esprit) et est donc supérieur à une chose issue de la nature. (même source)

Hegel, Esthétique I (1829)

Dans cet essai consacré à l'art, Hegel s'attache d'abord à détruire un certain nombre de préjugés : ainsi, celui selon lequel la qualité de l'œuvre d'art serait fonction de son degré d'imitation de la nature. Mais une œuvre qui se contenterait de copier au mieux une réalité existante ne serait qu'une occupation futile : ce n'est pas là que se loge l'essence de la création artistique. 

"C'est un vieux précepte que l'art doit imiter la nature ; on le trouve déjà chez Aristote. Quand la réflexion n'en était encore qu'à ses débuts, on pouvait bien se contenter d'une idée pareille ; elle contient toujours quelque chose qui se justifie par de bonnes raisons et qui se révélera à nous comme un des moments de l'idée ayant, dans son développement, sa place comme tant d'autres moments. D'après cette conception, le but essentiel de l'art consisterait dans l'imitation, autrement dit dans la reproduction habile d'objets tels qu'ils existent dans la nature, et la nécessité d'une pareille reproduction faite en conformité avec la nature serait une source de plaisirs. Cette définition assigne à l'art un but purement formel, celui de refaire une seconde fois, avec les moyens dont l'homme dispose, ce qui existe dans le monde extérieur, et tel qu'il y existe. Mais cette répétition peut apparaître comme une occupation oiseuse et superflue, car quel besoin avons-nous de revoir dans des tableaux ou sur la scène, des animaux, des paysages ou des événements humains que nous connaissons déjà pour les avoir vus ou pour les voir dans nos jardins, dans nos intérieurs ou, dans certains cas, pour en avoir entendu parler par des personnes de nos connaissances ? On peut même dire que ces efforts inutiles se réduisent à un jeu présomptueux dont les résultats restent toujours inférieurs à ce que nous offre la nature. C'est que l'art, limité dans ses moyens d'expression, ne peut produire que des illusions unilatérales, offrir l'apparence de la réalité à un seul de nos sens ; et, en fait, lorsqu'il ne va pas au-delà de la simple imitation, il est incapable de nous donner l'impression d'une réalité vivante ou d'une vie réelle : tout ce qu'il peut nous offrir, c'est une caricature de la vie (...) C'est ainsi que Zeuxis peignait des raisins qui avaient une apparence tellement naturelle que les pigeons s'y trompaient et venaient les picorer, et Praxeas peignit un rideau qui trompa un homme, le peintre lui-même. On connaît plus d'une de ces histoires d'illusions créées par l'art. On parle dans ces cas, d'un triomphe de l'art. (...)

On peut dire d'une façon générale qu'en voulant rivaliser avec la nature par l'imitation, l'art restera toujours au-dessous de la nature et pourra être comparé à un ver faisant des efforts pour égaler un éléphant. Il y a des hommes qui savent imiter les trilles du rossignol, et Kant a dit à ce propos que, dès que nous nous apercevons que c'est un homme qui chante ainsi, et non un rossignol, nous trouvons ce chant insipide. Nous y voyons un simple artifice, non une libre production de la nature ou une œuvre d'art. Le chant du rossignol nous réjouit naturellement, parce que nous entendons un animal, dans son inconscience naturelle, émettre des sons qui ressemblent à l'expression de sentiments humains. Ce qui nous réjouit donc ici c'est l'imitation de l'humain par la nature."

Questions sur le texte :

1. Qu'est-ce qu'un "précepte" ?

2. Le précepte suivant lequel "l'art doit imiter la nature" est-il totalement infondé ?

3. En quoi ce précepte se révèle-t-il à nous comme un des moments du développement de l'idée ?

4. Quelle signification Hegel donne-t-il au concept d'imitation ?

5. En quoi la reproduction de la nature peut-elle être une source de plaisir ?

6. Pourquoi la définition de l'art comme imitation de la nature est-elle purement "formelle" ?

7. Pourquoi l'imitation (la répétition) de la nature peut-elle apparaître comme une occupation oiseuse et superflue ?

8. En quoi l'imitation de la nature ne peut-elle nous offrir qu'une caricature de vie ?

9. Quels exemples Hegel donne-t-il de la conception de l'art (du triomphe de l'art) comme imitation de la nature ?

10. Montrez que Hegel aboutit à l'inverse de la conception d'Aristote. Quelle est sa propre conception du rapport entre l'art et la nature ?

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :