Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hannah Arendt, Du mensonge en politique (questions sur un extrait)
Hannah Arendt, Du mensonge en politique (questions sur un extrait)

L'auteur :

Née en Allemagne, dans une famille juive, Hannah Arendt (1907-1975) s'inspire des bouleversements du XXème siècle pour fonder sa réflexion. Fuyant in extremis l'Allemagne nazie, exilée en France, puis aux Etats-Unis, influencée par Heidegger et Jaspers, liée à Walter Benjamin, cette femme, que l'on redécouvre aujourd'hui en France, nous a laissé une œuvre puissante, où le politique reprend ses droits.

L'oeuvre :

Hannah Arendt propose une réflexion générale sur le politique, à travers ses concepts fondamentaux. Elle étudie le rôle du mensonge et des techniques d'intoxication, et la manière de les combattre. Elle développe sa réflexion sur la notion de violence, sur les relations entre une structure étatique et les formes de contestation qui peuvent s'y opposer : la désobéissance civile, dont elle montre le développement aux Etats-Unis, et son importance à côté des voies classiques de recours et de contestation ; la violence des révoltes, dans les pays gouvernés par un régime totalitaire où se développe la bureaucratie.

Quatre textes majeurs, proposant des analyses qui s'appuient aussi bien sur la tradition philosophique que sur l'actualité de notre temps - y voisinent Platon et un rapport du Pentagone -, enracinent ainsi une réflexion brillante dans le terrain des préoccupations contemporaines.

Le texte à étudier :

"Il faut nous souvenir, quand nous parlons de mensonge, et particulièrement du mensonge chez les hommes d'action, que celui-ci ne s'est pas introduit dans la politique à la suite de quelque accident dû à l'humanité pécheresse.

De ce fait, l'indignation morale n'est pas susceptible de le faire disparaître. La falsification délibérée porte sur une réalité contingente ; c'est-à-dire sur une matière qui n'est pas porteuse d'une vérité intrinsèque et intangible, qui pourrait être autre que ce qu'elle n'est. 

L'historien sait à quel point est vulnérable la trame des réalités parmi lesquelles nous vivons notre existence quotidienne ; elle peut sans cesse être déchirée par l'effet de mensonges isolés, mise en pièces par les propagandes organisées et mensongères de groupes, de nations, de classes, ou rejetée dans l'oubli.

Pour que les faits soient assurés de trouver durablement place dans le domaine de la vie publique, il leur faut le témoignage du souvenir et la justification de témoins dignes de foi. Il en résulte qu'aucune déclaration portant sur des faits ne peut être entièrement à l'abri du doute - aussi invulnérable à toute forme d'attaques que, par exemple, cette affirmation : deux et deux font quatre.

C'est cette fragilité qui fait que, jusqu'à un certain point, il est si facile et si tentant de tromper. La tromperie n'entre jamais en conflit avec la raison, car les choses auraient pu se passer effectivement de la façon dont le menteur le prétend. 

Le mensonge est souvent plus plausible, plus tentant pour la raison que la réalité, car le menteur possède le grand avantage de savoir d'avance ce que le public souhaite entendre ou s'attend à entendre. 

Sa version a été préparée à l'intention du public, en s'attachant tout particulièrement à la crédibilité, tandis que la réalité a cette habitude déconcertante de mettre en présence de l'inattendu, auquel nous n'étions nullement préparés."

(Hannah Arendt, "Du mensonge en politique", 1971)

Questions sur le texte : 

1. Quelle est la thèse de l'auteure ?

2. Quels sont ses arguments ?

3. Quels exemples donne-t-elle ?

4. Qui sont les "hommes d'action" ?

5. Expliquer "le mensonge ne s'est pas introduit dans la politique à la suite de quelque accident dû à l'humanité pécheresse"

6. Pourquoi l'indignation morale n'est-elle pas susceptible de faire disparaître le mensonge ?

7. Que signifie "contingente" ? Donnez un exemple de "vérité contingente".

8. Donnez un exemple de "vérité intrinsèque et intangible".

9. Pourquoi la trame des réalités dans lesquelles nous vivons notre existence quotidienne est-elle vulnérable ?

10. Pourquoi l'historien est-il particulièrement bien placé pour le savoir ?

11. Quelles sont les différentes formes de mensonges énumérés par l'auteure ?

12. Quels sont, selon l'auteure, les deux conditions pour que les faits soient assurés de trouver durablement place dans le domaine de la vie publique ? Expliquez ces deux conditions.

13. Pourquoi aucune déclaration portant sur des faits ne peut-elle être à l'abri du doute ? Cherchez des exemples.

14. Quel exemple l'auteure donne-t-il de déclaration invulnérable à toute forme d'attaque. 

15. Pourquoi est-il si facile et si tentant de tromper ?

16. Pourquoi, selon l'auteure, la tromperie n'entre-t-elle jamais en conflit avec la raison ?

17. Pourquoi le mensonge est-il souvent plus plausible, plus tentant pour la raison que la réalité ?

18. Pourquoi, selon l'auteure, la réalité est-elle souvent moins crédible que le mensonge ?

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :