Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La tactique du boomerang

Je ne sais pas si les gens qui ont monté l'affaire des "emplois fictifs" contre François Fillon (lire l'excellent article Médiapart à ce sujet) pour favoriser l'élection d'Emmanuel Macron au deuxième tour ont réfléchi à ce qu'ils faisaient car ils se retrouvent confrontés maintenant à un double problème : le premier est que, contre toute attente,  François Fillon a maintenu sa candidature et le second c'est que le fameux report de voix au deuxième tour pourrait bien ne pas jouer comme ils le souhaitent en faveur de leur candidat.

Je ne dis pas cela en tant que partisan de François Fillon (je suis souverainiste de gauche), mais en tant que témoin de ce que je constate ici dans ma bonne ville de Bourges, représentative de la "France profonde", où j'ai des amis dans tous les camps et qui, malgré son "Printemps", est à des années-lumière de la sphère politico-médiatique parisienne.

On peut conjecturer  que les voix de Jean-Luc Mélanchon vont se reporter sur Emmanuel Macron - on voit assez mal un électeur de Jean-Luc Mélanchon voter pour Marine Le Pen - mais on peut aussi prévoir qu'en cas d'absence de Mélanchon au second tour, ses partisans préfèreront aller à la pêche en raison de leur détestation de la "gauche caviar" - mais ce dont je suis absolument certain, étant le témoin quotidien de leur colère (certains sont vraiment fous furieux), c'est qu'un grand nombre d'électeurs de François Fillon, s'il n'est pas présent au deuxième tour,  ne voteront pas pour Emmanuel Macron et même n'hésiteront pas, cette fois-ci, et contrairement à ce qui s'est passé en 2002 avec Jean-Marie Le Pen et Jacques Chirac, à opter pour Marine Le Pen. Sans oublier le ressentiment des électeurs du représentant officiel du PS,  Benoît Hamon, vainqueur de la "primaire à gauche".

Si bien que l'hypothèse que n'envisage pas la plupart des médias - comme ils n'envisageaient pas la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis - est loin de relever de la science-fiction.

Marine Le Pen est donc désormais très proche des portes de l'Elysée et peut dire merci à ceux qui ont lancé le boomerang.

 

Partager cet article

Repost 0