Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux… » (Etienne de la Boétie)

Etienne de la Boétie, Discours de la servitude volontaire, chronologie, introduction, bibliographie, notes par Simone Goyard-Fabre, professeur à l'université de Caen, Editions Garnier-Flammarion.

Le Discours de la servitude volontaire ou le Contr'un est un ouvrage rédigé en 1549 par Étienne de La Boétie à l'âge de dix-huit ans. Sa première publication date de 1574.

Ce texte consiste en un court réquisitoire contre l'absolutisme qui étonne par son érudition et par sa profondeur, alors qu'il a été rédigé par un jeune homme d'à peine dix-huit ans. Ce texte pose la question de la légitimité de toute autorité sur une population et essaie d'analyser les raisons de la soumission et de compendre le rapport entre domination et servitude.

Étienne de La Boétie est un écrivain humaniste et un poète français, né le à Sarlat et mort le à Germignan, dans la commune du Taillan-Médoc, près de Bordeaux. Il fut l'ami intime de Montaigne qui lui rendit hommage dans ses Essais.


Michel de Montaigne ("Parce que c'était lui, parce que c'était moi.")

Table des matières (Editions Garnier-Flammarion) :

Repères chronologiques - Introduction - I. La vie d'Etienne de la Boétie

II. L'oeuvre de La Boétie - A. Une oeuvre diversifiée - 1. La Boétie humaniste renaissant : traductions et poésies - 2. Le Discours de la servitude volontaire - B. Problèmes de datation - 1. La date de composition du Discours est incertaine - 2. Quand le Discours devient le Contr'Un - 3. Les rééditions du Discours sont un destin - C. L'insertion du Discours dans le contexte de l'époque - 1. Un branle-bas de combat - 2. La Boétie et la rhétorique classique - 3. La Boétie et son temps : les événements et les doctrines

III. L'analyse du Discours : de la lettre à l'esprit - A. Des peuples en l'état de servitude - 1. Une théorie de la nature humaine - 2. Les causes de la servitude - 3. Les effets de la servitude - B. Le souffle de la liberté - 1. Pax et lex - L'intuition contractualiste - 3. Raison et liberté - a. Une éthique politique - b. Le droit politique

Conclusion : "L'originalité de "l'humanisme" de La Boétie - Bibliographie - Discours de la servitude volontaire

Appendice : texte du Discours paru dans Le Réveille-Matin des Français et de leurs voisins, 1574 - Article de A. Prévost-Paradol consacré au Discours, paru dans le Journal des débats, 1859 - Articles Tyran, Tyrannicide, Tyrannie du chevalier de Jaucourt pour l'Encyclopédie.

La maison d'Etienne de la Boétie à Sarlat (Périgord)

"Le renom d'Etienne de La Boétie s'attache à un écrit composé "en sa première jeunesse", "à l'honneur de la liberté contre les tyrans". Dans le branle-bas de combat qui secouait le dernier quart du seizième siècle, le célèbre libelle, par la volonté polémique des éditeurs fut promptement rebaptisé "Le Contre'Un". Aux périodes de troubles de l'histoire de France et, en particulier, chaque fois que la nation se dressait contre l'autorité souveraine, il fut utilisé comme appel à la sédition.

Cependant, la résistance à la misère et à l'oppression ne passe pas, selon La Boétie, par la violence et le meurtre. La servitude des peuples est volontaire ; ce sont eux qui "se coupent la gorge" et qui, en acceptant le joug, dénaturent la nature humaine, pétrie de franchise et de liberté. Les hommes échapperont donc à leur horrible sujétion, en reconquérant leur vérité première, leur "nature franche". De cette restauration ontologique, dépend la grande péripétie de la vie politique qui, dans une perspective contractualiste, fera de l'homme, et non plus de Dieu ou de ses lieutenants, le seul maître d'oeuvre du monde politique.

La Boétie n'a rien d'un révolutionnaire, mais il est assurément le premier des Modernes. Si, en face des monarques de son temps, son essai avait le don d'une inactuelle, il a conquis, en franchissant les siècles, une actualité temporelle qui ne peut se démentir : il y va, dans l'Etat moderne, de la dignité de l'homme."

 

Partager cet article

Repost 0